Economie, marchés et gestionSur abonnement

ETA/TP, une concurrence sur la main-d’œuvre

La reprise de l’activité entraîne un besoin en main-d’œuvre dans les travaux publics. Ces entreprises viennent alors recruter des chauffeurs dans les Entreprises de travaux agricoles (ETA). « La main-d’œuvre qualifiée risque de manquer dans notre profession. Nous devons former notre personnel à la conduite des engins. Ils doivent avoir des compétences agronomiques, technologiques, mécaniques », déclare…

Cet article est réservé aux abonnés numériques.
Pour lire la suite…
Connectez-vous ou Abonnez-vous

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer