ÉlevageMorbihanTop

L’EARL du Crano adopte le Shredlage

Les 110 laitières de l’EARL du Crano, à Moréac, valorisent du maïs ensilé en Shredlage. La technique permettra d’économiser 25 tonnes de concentré de production sur l’année.

L’EARL du Crano en bref :

  • 2 UTH,
  • 1 100 000 litres de lait vendus,
  • 110 laitières,
  • 100 hectares dont
    • 40 ha de maïs,
    • 15 ha de céréales vendues,
    • 4 ha de haricots,
    • 2 ha de betteraves,
    • 39 ha d’herbe.
« Je ne supportais pas de voir des grains dans les bouses. Je me suis renseigné sur le maïs récolté en système Shredlage qui annonçait une pulvérisation des grains et un éclatement des fibres ». En 2017, Ludovic Le Potier a ensilé ses 40 hectares de maïs selon cette nouvelle technique. Sans regrets. Les cinq mois de recul ne laissent, selon lui, aucun doute. « Il n’y a plus de refus à l’auge ; le grain pulvérisé est collé et bien réparti sur les fibres ce qui les rend appétentes ».

Le tamisage a révélé qu’il y avait 25 % de fibres de plus de 19 mm de longueur (5 % en ensilage classique, en moyenne), 50 % entre 8 et 19 mm et 25 % réparties entre fibres courtes et farine. « Il est toujours difficile de faire des comparaisons car la qualité du maïs évolue d’une année sur l’autre mais quand même… Je devrais faire une économie de 25 tonnes de concentré de production sur l’année avec un même niveau de lait par vache ». 6 250 € au total, auxquels il faut retrancher le surcoût à la récolte de 1 000 € pour la quarantaine d’hectares.

Ration hivernale mélangée (en kg brut) :

  • 45 kg de maïs (32 % MS),
  • 7 kg ensilage d’herbe,
  • 10 kg de betteraves,
  • 2 kg de soja,
  • 200 g de minéraux,
    • + 1,7 kg de correcteur azoté au robot en moyenne,
    • + 0,5 à 1 kg concentré de production.
La ration des laitières a peu évolué (voir ci-dessus). « Jusqu’à 35 kg de production par jour, elles ont 500 g de concentré de production au robot de traite. Au-delà, elles ont 1 kg. Les années précédentes, elles en consommaient le double ». L’apport de 500 g à 1 kg de paille par vache a été supprimé, compte tenu du meilleur apport en fibres du fourrage. Le correcteur azoté est également distribué au robot. Dès la fin février, les vaches sortent au pâturage, en deux lots pour favoriser le passage à la traite. La ration des génisses de plus de 6 mois n’a pas évolué mais l’éleveur assure qu’elles profitent mieux. Elles reçoivent jusqu’à 2 kg de paille, 1,5 kg de tourteau de soja et 6,5 kg de maïs ensilé.

Récolte

La vitesse de chantier de récolte est ralentie. « C’est aussi bien pour l’éleveur qui a le temps de bien tasser le silo ». Le tassage, avec deux tracteurs de 13 et 17 tonnes, a été réalisé dans les règles (260 kg/m3). « Le maïs faisait 32 % de matière sèche. Un peu juste, mais la conservation est bonne ; il y a très peu de pertes ce qui représente à la fois un gain économique et un gain de temps ». Ensilé le 5 septembre, le maïs a été consommé dès le lendemain dans le premier silo. Le second a été ouvert début novembre, sans différence à la transition. L’éleveur signale un autre avantage du système : les grains sont pulvérisés ; les étourneaux ne trouvent rien à consommer au front du tas d’ensilage ou à l’auge…

Le maïs épi aussi
En Morbihan, 3 ensileuses étaient équipées du système Shredlage en 2017, 6 le seront en 2018. En Bretagne, la tendance est la même. 26 ensileuses ont travaillé en 2017, contre seulement 2 en 2016. L’ETA Laudrin, de Moréac, a ensilé 800 hectares de maïs Shredlage chez ses clients en 2017. Sur cette surface, une part concerne l’ensilage des épis qui sont réduits à l’état de farine, selon Noël Laudrin. L’ensemble – feuilles, rafles, grain – est pulvérisé et facile à stocker.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer