Un village laitier aux stratégies différentes

Marielle Colas apprécie la visibilité des animaux dans la salle de traite, rendue possible par le pare-bouse en plexiglass. - Illustration Un village laitier aux stratégies différentes
Marielle Colas apprécie la visibilité des animaux dans la salle de traite, rendue possible par le pare-bouse en plexiglass.

Sur la commune de Plouigneau (29), le village de Lescoat est particulièrement laitier. Comptant plusieurs exploitations agricoles, différentes stratégies de production se côtoient, sans être opposées. Marielle Colas est installée depuis un 1 an et demi avec sa mère Josiane et bénéficie de l’aide de son père Serge, retraité actif. Depuis un mois, la nouvelle salle de traite équipée de 2 x 16 postes en simple équipement a bouleversé les pratiques de la jeune éleveuse. « L’ancienne installation, en 2 x 5 sans décrochage automatique de 35 ans devait être remplacée », témoigne Marielle Colas. « J’adore traire, je souhaitais garder le contact matin et soir avec les animaux, toucher les mamelles. Nous avons opté pour un pare-bouse en plexiglass pour voir les animaux dans leur entièreté ». Le quai de traite, adapté à la taille des trayeuses, montre que le confort n’est pas en reste. Un gain de 2 heures par jour L’organisation des bâtiments du Gaec Colas a été modifiée en profondeur : l’ancienne salle de traite accueille désormais les vaches taries et les génisses, qui étaient auparavant logées là où est désormais installée la nouvelle salle de traite. « Nous sommes restés en aire paillée, pour le confort des bêtes, qui disposent maintenant de 7 m2 chacune, contre 3 précédemment ». Tout est prévu pour arriver à gérer un lot d’une centaine de vaches seul, grâce notamment à l’installation de portes de tri. La distribution de la ration, à l’aide d’un tapis d’alimentation, facilite la gestion des refus. « Je n’ai aucun regret. La traite nous prend 1 heure le matin et 50 minutes le soir, avec 20 minutes de lavage. Ce sont 2 heures de gagnées par jour par rapport à l’ancien système ». [caption id=”attachment_30512″ align=”aligncenter” width=”720″] La famille Bourel et Jérôme Quentin du Gaec Ch’ti…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte

Already a member? Connectez-vous ici

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article