S’installer seul avec 450 brebis

David Rondin, devant son lot de d’agnelage de juillet. - Illustration S’installer seul avec 450 brebis
David Rondin, devant son lot de d’agnelage de juillet.

L’équipement et l’autonomie alimentaire sont les deux points longuement étudiés par David Rondin, de Saint-Étienne-en-Coglès (35), lors de sa récente installation. Un dernier lot de 100 agnelles vient d’arriver pour finir de constituer le troupeau de 430 Romanes qui ruminent tranquillement dans un ancien bâtiment avicole réaménagé en bergerie, à Saint-Étienne-en-Coglès (35). L’élevage de David Rondin a pris forme : il est installé agriculteur depuis 9 mois, après 15 années d’expérience de technico-commercial dans différents secteurs para-agricoles. « Depuis longtemps, je voulais m’installer en individuel, pas toujours facile de trouver un site quand on n’est pas mobile… », explique David Rondin. Jusqu’à ce qu’il trouve une structure pour s’installer et abriter son 1er lot d’agnelles de race pure, provenant d’un seul élevage sélectionneur en octobre 2016… Malgré son expérience préalable plutôt en bovin lait, c’est la production ovine qui l’a interpellé : « On ne produit en France que 40 % de la demande. Alors, en pleine région fourragère où l’on peut faire beaucoup d’élevage, autant regarder les filières qui ont des demandes. » De plus, il a vite apprécié la souplesse de l’élevage ovin. Mais « seul, avec 450 brebis, c’est l’équivalent d’un temps plein ». Il a donc raisonné l’équipement nécessaire pour faciliter son travail quotidien. Un équipement de contention obligatoire Il ne faut pas minimiser le travail en élevage ovin. « Depuis la dernière période d’agnelage, je compte 3 heures d’astreinte incompressibles le matin et 1,5 heure le soir. Entre deux, j’effectue les tris d’animaux, le nettoyage et les chantiers saisonniers », décrit-il. « En période de mise bas, la journée s’étire tant qu’on tient debout. J’ai même fini par dormir dans la bergerie… C’est une période intense, il faut s’y préparer et ne pas prendre de retard ». Pour cela, il a investi dans du matériel de contention. Il utilise son Combi Clamp pour de nombreuses tâches, en l’adaptant à un parc de contention. [caption id=”attachment_29222″ align=”aligncenter” width=”720″] L’outil polyvalent Combi Clamp, de la société Ritchie, distribué par France Ovi, permet à l’éleveur d’assurer…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article