À l'étranger

Pendant ce temps en Norvège…

Les œufs de poules en cage seront “bannis” des supermarchés norvégiens Kiwi, Joker et Spar

Norgesgruppen compte arrêter toute vente d’œufs de poules de cage, d’ici la fin 2019. Norgesgruppen est le groupe leader de distribution norvégien, avec 42,3% de part de marché, se composant des supermarchés Meny, Mathuset Jacob’s, Kiwi, Joker et Spar.

Meny, a déjà renoncé à ce type d’œufs et maintenant, Kiwi, Joker et Spar suivent cette même voie. Cette décision a été prise suite à un dialogue avec l’association “Anima – stopper la cruauté envers les animaux”, qui souhaite bloquer toutes les ventes d’œufs de poules en cage des supermarchés norvégiens. Pour commencer, 1 375 supermarchés ne vendront plus ces produits : 626 Kiwi, 466 Joker et 293 Spar.

Le pays revoit ses ambitions à la baisse pour le bio

Le gouvernement norvégien vient de faire savoir qu’il réduisait ses ambitions sur la part du bio dans la production alimentaire du pays, qualifiant d’irréaliste l’objectif d’une part de 15% d’ici 2020 et provoquant la colère de l’association de producteurs et de consommateurs biologiques, OIKOS.

Le modèle à suivre était la Suède, qui envisage d’élever la part du bio à 30% de la production agricole et à 60% de la consommation dans le secteur public d’ici 2020. A l’heure actuelle, 30 municipalités norvégiennes sur 426 ont atteint une part de 10% de production agricole biologique. La part du biologique dans l’industrie alimentaire atteint seulement 1%.

Quotas d’importations en hausse pour les produits agroalimentaires de l’UE

Pour l’agriculture et l’industrie alimentaires norvégiennes, chaque augmentation de quotas d’importations signifie une menace pour la production locale norvégienne mais une opportunité pour les exportations de l’UE vers la Norvège. Le gouvernement norvégien et l’UE se sont mis d’accord début avril sur les négociations liées aux importations de produits agroalimentaires. Les quotas attribués pour certains types de produits alimentaires, permettent aux importateurs qui achètent ces quotas, d’importer ces produits avec des droits de douanes très réduits ou gratuits.

Les quotas d’importations pour la viande de bœuf vont augmenter de 1 600 tonnes, pour atteindre un total de 2 500 tonnes. Cette hausse correspond à une perte de 100 M NOK de chiffre d’affaires pour la production de viande de bœuf locale. Le gouvernement norvégien et le secteur agricole norvégien ont beaucoup travaillé pour augmenter la production locale de bœuf mais en même temps, le gouvernement accepte une hausse des quotas d’importations, menaçant la production locale : c’est assez contradictoire.

L’UE a doublé ses exportations de produits agroalimentaires vers la Norvège ces 10 dernières années, alors que les exportations de la Norvège pour ces mêmes produits sont stables.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer