Cultures

Maïs : quelles protections contre taupins et mouches ?

Les fortes attaques de mouche géomyze de la dernière campagne sont encore dans les esprits, mais cela ne doit pas faire oublier le taupin, ravageur principal du maïs à l’implantation. Dans la perspective de suppression du traitement de semences Sonido, plusieurs solutions insecticides en microgranulés présentent de bonnes efficacités sur taupin, mais elles sont inopérantes sur les mouches.

Le produit de protection des semences Sonido contient du thiaclopride, une substance appartenant à la famille des néonicotinoïdes. La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages d’août 2016 interdit l’usage des produits de cette famille à partir du 1er septembre 2018. Des dérogations seront possibles mais prendront fin au plus tard le 1er juillet 2020. Sauf nouvelle évolution majeure de la réglementation, le produit Sonido demeure donc utilisable au minimum pour les campagnes 2017 et 2018.

Comme la dernière campagne l’a démontré, pour maîtriser les attaques de mouches géomyze ou oscinie après la levée, le traitement de semences Sonido est la seule solution efficace autorisée à ce jour. Cet hiver a été sec et plutôt froid, très différent de celui de la dernière campagne. De ce fait, le risque mouche est donc probablement moindre. Néanmoins, il ne peut être totalement exclu, notamment dans les situations identifiées a risque à priori : semis précoces, parcelles dans un environnement bocager… En réaction aux forts dégâts constatés l’an passé, l’utilisation de semences traitées avec ce produit va fortement progresser en 2017 dans la région.

insecticides-mais-implantation

Les microgranulés sont efficaces sur taupin

Tous les produits insecticides formulés en microgranulés, à base de pyréthrinoïdes, actuellement disponibles présentent des efficacités assez proches pour la protection contre les taupins. Dans le cas d’une attaque précoce (avant 4-5 feuilles), le produit Sonido apporte une efficacité plus régulière que la plupart des produits microgranulés. Par contre, si l’attaque est intense et se poursuit au-delà du stade 6-7 feuilles, les microgranulés présentent une efficacité plus intéressante grâce à une meilleure persistance d’action.

Cependant, pour être efficace, ce mode de protection requiert une application optimale des microgranulés : diffuseurs correctement installés à la descente du microgranulateur, régularité du lit de semence, absence de cailloux et de résidus en surface… Dans certaines situations, selon les conditions climatiques et les conditions de préparation du sol et de travail du sol (qui influent la gestion des résidus de la culture précédente ou de la culture intermédiaire), il est parfois difficile d’obtenir un positionnement idéal des microgranulés dans la ligne de semis. Il faut noter par ailleurs que plusieurs produits microgranulés présentent des contraintes réglementaires qui limitent leur utilisation : DVP (dispositif végétalisé permanent) de 20 mètres pour Fury Geo, Karaté 0,4GR et Trika Expert, utilisation 1 année sur 3 pour Force 1,5G.

Les solutions alternatives se font attendre

Pour lutter contre le taupin, des solutions alternatives aux produits phytosanitaires ont été évaluées par Arvalis ces dernières années. Les meilleurs produits de biocontrôle testés apportent une efficacité comprise entre 30 % et 50 % sur des attaques moyennes et au maximum quand les conditions favorables sont réunies. De plus, parmi ces solutions, certaines d’entre elles (tourteau de crucifères, champignon entomopathogènes) présentent à ce jour des coûts inacceptables. Les expérimentations se poursuivent pour tester d’autres techniques (appâts notamment). La mise en œuvre de moyens alternatifs à l’échelle de la rotation (travail du sol estival, production de crucifères en interculture…) est également en cours d’évaluation. Dans ce cas, l’objectif n’est plus seulement de protéger les cultures en place, mais aussi de réduire les populations de larves.

Des compléments à la protection insecticide

Les leviers agronomiques sont moins efficaces pour lutter contre les taupins que pour lutter contre les adventices. Il n’y a pas lieu de modifier la date de semis pour essayer de réduire la pression de taupins ou de réduire la profondeur de semis pour améliorer l’efficacité des protections insecticides. Ces dernières années ont montré des dynamiques d’attaques très variables et indépendantes de la date de semis. Les taupins sont généralement actifs quand les conditions de températures et d’humidité sont également favorables au maïs, mais la course de vitesse tourne rarement à l’avantage de la culture ! Tout ce qui favorisera une croissance rapide des jeunes plants de maïs à l’implantation sera bénéfique : variété à bonne vigueur, engrais starter localisé au semis. Mais, pour faire face à une attaque de taupins, cela peut s’avérer nettement insuffisant, surtout si la pression est moyenne ou forte. Ces éléments doivent être utilisés en accompagnement de la protection insecticide.

Maëlle Le Bras – Michel Moquet,  Arvalis-Institut du végétal

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer