Élevage

Lait : vérifier la rentabilité des concentrés

Un outil de pilotage simple va être déployé par la Chambre d’agriculture. Il permet de chiffrer la marge générée par les concentrés de production et d’ajuster éventuellement sa production.

Pour aider les agriculteurs dans leurs prises de décision, un outil « Y voir clair » a été développé par les conseillers Chambre : « La bouteille de lait instantanée ». « Le producteur doit juste entrer quelques données de son élevage : lait/VL, taux, race, concentré/VL, IVV. Le prix moyen est mis en parallèle. On peut ainsi distinguer le coût du lait livré par la ration “fourrages équilibrés” et celui de la ration “concentrés au-delà de l’équilibre”. Et avoir les marges sur coût alimentaire générées par ces deux rations », explique Christian Veillaux, responsable de l’équipe herbivores à la Chambre d’agriculture.

Signe d’alerte instantané

Si la marge sur coût alimentaire générée par les concentrés de production est négative, il peut y avoir une raison : sanitaire, charges ponctuellement plus élevées… « Mais c’est un signe d’alerte : car seul le lait qui dégage une marge peut servir à payer les charges de structure. » D’ores et déjà, les conseillers d’élevage ont cet outil à disposition, et peuvent l’utiliser dans les exploitations. Il devrait être en ligne sur Synagri (site Internet de la Chambre d’agriculture de Bretagne) vers le mois de juin.
Lors de la dernière session de la Chambre d’agriculture 35, le 9 mars à Rennes, les élus sont revenus sur les réunions de ces dernières semaines, invitant les agriculteurs à venir s’informer et échanger sur les orientations de marchés, les conséquences à l’échelle des exploitations, et les appuis et les conseils proposés. « Une centaine de producteurs au total se sont déplacés aux sept réunions territoriales “lait” animées sur tout le territoire par la Chambre d’agriculture », indique Michelle Debroize, du service territoires de la Chambre d’agriculture. Des réunions ont aussi été organisées en viande bovine, volailles et porcs.

Vers plus d’autonomie de décision

La demande d’accompagnement à la stratégie d’entreprise et de disposer de davantage de repères a notamment été identifiée lors de ces réunions. « Notre organisation régionale, en mutualisant nos ressources et nos fonctions supports, doit nous permettre d’accompagner les agriculteurs vers plus d’autonomie dans leurs choix, en leur apportant de l’écoute, de la ressource technique et économique, de l’expertise, de la réassurance », précise Marcel Denieul, président de la Chambre d’agriculture 35.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer