Economie, marchés et gestion

Un bon manager sait se remettre en question

Dans les relations employeurs-salariés, des outils psychologiques permettent de faciliter la communication. Ces outils sont utilisés dans beaucoup de secteurs d’activité.

Avez-vous un état d’esprit fixe ou malléable ? Dans le premier cas, vous risquez d’avoir des difficultés à gérer l’agressivité, le conflit et les angoisses. A contraire, si vous avez un état d’esprit malléable, vous saurez vous remettre en question, évoluer, valoriser les efforts. Pour Jacques Fisher-Lokou, enseignant-chercheur à l’UBS, cette souplesse d’esprit est l’une des raisons qui font que l’on est ouvert et positif dans sa relation à l’autre. « Un état d’esprit malléable donne une certaine capacité à résoudre les conflits, à produire des émotions positives et prend plus de plaisir à faire des choses difficiles ».

Empathie

Les raccourcis dans l’évaluation du comportement d’une personne, salariée ou non, sont également dangereux. « Il faut éviter d’expliquer le comportement en le « psychologisant » : il est comme ça ; c’est son caractère ! Il est préférable d’essayer de rechercher la situation qui amène ce comportement. Généralement, lorsque que nous sommes concernés, nous avons justement tendance à rechercher cette situation pour expliquer le problème. Il faudrait le faire également quand il s’agit d’une autre personne, un salarié par exemple ».

Etre en empathie pour évaluer ce comportement. Il convient aussi d’éviter de rejeter la faute : « C’est le prof qui est nul ! Dans un conflit, il faut prendre sur soi. Je suis peut-être aussi un peu responsable de la situation ». Les hédonistes, qui recherchent le plaisir immédiat sont plus fragiles émotionnellement. A l’inverse, les eudémonistes recherchent l’effort pour s’épanouir. Ils ne sont pas dans la recherche immédiate du plaisir. Ils sont conscients que le bonheur résulte de leur travail. Cela leur permet d’améliorer leurs compétences et de s’adapter aux changements. De la même manière, les « maximiseurs » sont difficiles à satisfaire, toujours à la recherche du meilleur salaire, du meilleur produit…. A l’inverse, les « satisfaiseurs » se contentent de peu et sont moins fragiles. Dans tous les cas, mieux vaut bien se connaître pour tenter de corriger son tempérament…

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer