Élevage

Bretagne viande bio, la qualité avant tout

Le groupement de producteurs 100 % bio BVB souhaite se positionner dans une démarche qualité mettant en avant des valeurs,
au-delà du logo européen bio.

« Nous partageons des valeurs communes allant plus loin que le cahier des charges de l’agriculture biologique. Aujourd’hui, nous allons entamer une démarche qualité pour dire ce qu’on fait et pourquoi on le fait », a expliqué René Le Courtois, responsable de la commission bovine de BVB (Bretagne viande bio), lors de l’assemblée générale du groupement, le 5 décembre, à Loudéac. La bio connaît un rythme de croissance historique en France avec 21 nouvelles fermes installées chaque jour au premier semestre 2016.
La Bretagne est une des régions qui consomment le plus de produits bio.

Communiquer sur le « sans-OGM », les omega-3…

Alors que la grande distribution dans son ensemble se positionne toujours plus sur ce créneau, les responsables de BVB souhaitent anticiper l’avenir. « Nos partenaires, nos clients nous sollicitent pour savoir ce qu’on fait de plus, ce qu’ils peuvent mettre en avant. » Et face à des créneaux porteurs comme le « sans-OGM » ou les omega-3, les éleveurs souhaitent dire qu’ils le font déjà. Anticiper d’éventuelles crises (telles que celle connue actuellement par le saumon bio), être transparents… l’enjeu est bien là aussi.

Approvisionnement 100 % français

C’est dans cet esprit que le groupement Biolait a entamé il y a trois ans une démarche d’approvisionnement 100 % français pour l’alimentation des vaches, avec davantage d’autonomie sur les exploitations. « Disant au départ que c’était impossible, les fabricants d’aliments s’y sont mis », explique un administrateur. L’OP (organisation de producteurs) Seine et Loire va aussi dans ce sens…
« Aujourd’hui, nous sommes plutôt en recherche de produits, mais il faut savoir se projeter », continuent les responsables de BVB.

Accompagner les évolutions

Tout au long de l’année, des réunions vont être organisées en groupes d’adhérents sur différentes thématique : autonomie y compris économique, bien-être animal, pérennité (des fermes, de l’approvisionnement…), qualité des productions, social (taille des fermes, création d’emploi), gouvernance (filière, partage des décisions), 100 % bio (sur la ferme, dans l’alimentation). « Nous souhaitons arriver à un projet mettant en avant plusieurs éléments qui nous fédèrent, dont nous sommes fiers, ou le serons quand on y sera parvenu… »

Certes, les choix qui seront faits pourront exclure certains animaux, voire des éleveurs ou des transformateurs. « Des solutions devront être trouvées pour accompagner les évolutions et assumer les exclusions. »

La dynamique se poursuit
Le nombre de producteurs adhérant à BVB est passé de 350 en 2014/15 à 400 en 2015/16. Une hausse essentiellement due à l’arrivée d’éleveurs laitiers. S’approchant de 2000, le nombre de vaches laitières et mixtes vendues en filière longue s’accroît sur le dernier exercice (37 par semaine). En bovins allaitants, la hausse est plus modérée, que ce soit en filière longue (800 bovins en 2015/16 à un poids moyen de 380 kg) comme en boucherie (430, à 396 kg).

Sur ces deux créneaux, l’état d’engraissement 3 et le classement U ou R domine largement. La filière porc qui compte 26 éleveurs, après une baisse de production, table sur plus de 4000 porcs/an en 2017. Les volumes en veaux, agneaux, lapins sont en augmentation. « Face au dynamisme des adhésions et des filières, la gouvernance doit aussi changer d’échelle. Davantage de professionnels doivent s’engager, participer aux débats », déclare René Bellour, président de BVB.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer