En bref

Viande bovine : l’abondance de l’offre pèse sur les cours

L’offre en viande bovine reste conséquente avec une augmentation des abattages de vaches de réforme laitières et de vaches allaitantes. Les abattages de jeunes bovins sont en repli et le poids des carcasses s’alourdit. Les difficultés du marché de la viande, en France comme en Europe, pèsent sur les cours. Dans ce contexte généralisé de baisse des prix, la valorisation des vaches allaitantes s’avère difficile d’autant que la consommation des ménages français continue de reculer, sauf pour la viande hachée qui reste plébiscitée.

Côté import/export, le solde de la balance commerciale française s’améliore en viande bovine par rapport à 2015, à la faveur d’exportations stables et du recul des importations. Le marché de bovins destinés à l’engraissement a été dynamique, au premier semestre en particulier pour les broutards lourds. Les exportations, soutenues vers l’Italie et en nette progression sur l’Algérie, restent limitées en Turquie depuis la découverte de foyers de fièvre catarrhale ovine en septembre 2015. La hausse des disponibilités oriente les prix à la baisse en l’absence de nouveaux débouchés.

Anticiper le marché : vers des bilans prévisionnels
La gestion prévisionnelle de l’offre de viande bovine est un objectif fixé par la feuille de route établie par le ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt à l’issue des tables rondes de l’été 2015. Les producteurs souhaitent également pouvoir anticiper la demande. Le conseil spécialisé de FranceAgriMer a décidé de constituer un groupe d’experts des différents opérateurs de la filière, animé par FranceAgriMer et l’Institut technique de l’élevage (IDELE) en vue d’établir des bilans prévisionnels trimestriels permettant d’éclairer la filière sur les perspectives et l’évolution des marchés.

Source : conseil spécialisé pour la filière viandes rouges FranceAgriMer

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer