Politique et Syndicalisme

Hausse d’activité dans les Cuma de l’Ouest

La crise agricole génère de lourds impayés, mais aussi un regain d’intérêt pour les Cuma de l’Ouest qui se positionnent sur une tendance de hausse d’activité.

La crise agricole se ressent aussi au niveau des Cuma de l’Ouest qui tenaient leur assemblée générale le 23 février à Rennes. « Avant, nous avions de nombreux petits impayés. Aujourd’hui, nous observons une montée des gros impayés qui peuvent représenter une part importante du chiffre d’affaires de la Cuma. Nous ne pouvons pas laisser mourir les Cuma. Mais c’est un sujet compliqué qui concerne des gens qui se connaissent bien », précise Jean-Luc Boursier, président de la Fédération régionale des Cuma de l’Ouest. Dans le même temps, ces dernières reçoivent de nombreuses demandes d’agriculteurs qui souhaitent investir en commun. « Les investissements en individuel  régressent, les banques prêtent sans garantie quand c’est en Cuma. »

Luzerne et dérobées au menu de MécaÉlevage

La Bretagne accueille cette année l’événement MécaÉlevage organisé par le réseau Cuma, le jeudi 23 juin à Yffiniac (22). « Les visiteurs pourront tourner dans des ateliers techniques traitant de la luzerne, de la valorisation des dérobées, et de leur qualité, notamment sous l’angle de la récolte », détaille Laurent Guernion, président du Comité d’organisation. Des démonstrations sont aussi prévues, ciblées sur les presses enrubanneuses et les tonnes à lisier. Un forum-débat abordera la question des organisations d’épandages (plus d’infos sur www.mecaelevage.cuma.fr).

Raisonner la traction

Parmi les enjeux, le président rappelle le gain potentiel lié au raisonnement de la traction, une activité très faible pour les Cuma, mais qui est aujourd’hui relancée dans certains groupes. « Le poste traction représente au moins le tiers des charges de mécanisation, et 10 à 15 % des charges totales d’une exploitation. C’est un enjeu considérable, mais compliqué car le tracteur est culturel, patrimonial… » Avec un périmètre élargi à la Seine-Maritime et« à l’Eure depuis la réforme des régions, le pôle Ouest compte 2 600 Cuma qui ont généré 227 millions € de chiffre d’affaires et 151 millions € d’investissements en 2014. « Le nombre de Cuma a tendance à baisser, mais leur activité augmente. » Situé à 970 en décembre 2015, le nombre de salariés permanents s’accroît de 4 %, comme l’an passé. Dans son évolution, le réseau s’oriente vers un accompagnement renforcé sur la gestion et le management, le besoin de flexibilité de l’offre, et un maillage renforcé entre Cuma.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer