Côtes d'ArmorPolitique et Syndicalisme

En ces temps difficiles, les herbagers sont plus audibles

À l’occasion de l’assemblée générale du Cédapa, son président  Patrick Thomas a insisté sur la pertinence des systèmes herbagers.

Je vais sans doute vous surprendre, mais peut-on qualifier la situation économique actuelle de situation de crise ? Pas si sûr, en y regardant d’un peu plus près, nous ne sommes pas vraiment dans une crise cyclique comme on en a vécu par le passé, ou liée à des éléments conjoncturels précis. Par contre, si on prend un peu de recul, on s’aperçoit que ce que le monde agricole subit n’est rien d’autre que le rouleau compresseur de l’ultralibéralisme, le résultat d’un mouvement de fond amorcé depuis déjà plusieurs décennies et dont les conséquences laminent notre société dans son ensemble.

Que faire alors quand on fonce droit dans le mur ? Ces périodes d’incertitudes doivent au contraire nous inciter à la réflexion et à l’échange, à regarder ce qui se passe autour de nous. Au Cédapa, nos exploitations sont caractérisées par en moyenne moins de vaches laitières, plus d’éleveurs et moins d’animaux par éleveur, des races mixtes, des vaches moins productives, des systèmes très herbagers et des rotations longues et diversifiées. Résultat : gaz à effet de serre et consommation d’eau divisés par deux, phytos par trois… Résultats agricoles plus élevés que le scénario tendanciel actuel.

Cela confirme que nous sommes sur la bonne voie. Notre agriculture n’est pas qu’une simple alternative à un modèle productiviste à bout de souffle, mais la réponse la plus adaptée aux nombreux défis à relever. Nous devons faire passer le message que le système herbager est une solution d’avenir pour beaucoup. En ces temps difficiles, nous sommes certainement plus audibles. Sans oublier nos valeurs, car l’évaluation de la réussite de nos fermes ne se résume pas à la seule analyse ponctuelle du bilan comptable : retombées positives pour les territoires et leurs habitants. C’est aussi cela le sens du métier et le sens de notre engagement.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer