Politique et Syndicalisme

Les ministres valident les mesures de Bruxelles

Les ministres de l’Agriculture ont bien accueilli le plan agricole européen, malgré le refus d’augmenter le prix d’intervention.

Les ministres de l’agriculture de l’UE ont globalement bien accueilli le paquet de mesures proposé par la Commission européenne pour venir en aide au secteur de l’élevage et en particulier du lait, lors de leur réunion informelle du 15 septembre à Luxembourg. Phil Hogan, commissaire européen à l’Agriculture, a annoncé des aides aux éleveurs de l’UE, en particulier pour le secteur du lait. Sur l’enveloppe de 420 millions € d’aides ciblées, 69,23 millions seraient attribués à l’Allemagne et 62,9 millions à la France, les deux plus importants producteurs de lait. Une dizaine de pays a souligné qu’il faudrait, si ce dispositif ne porte pas ses fruits rapidement, envisager un relèvement du prix d’intervention sur la poudre lait. Ce que Bruxelles refuse. À sa sortie, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, a indiqué qu’il continuerait à pousser pour la mise en place de cette mesure qui reste selon lui le meilleur dispositif à mettre à œuvre. Les ministres de l’agriculture des Vingt-huit reviendront sur le sujet lors du Conseil du 16 novembre.

« Loin des attentes » des organisations agricoles

« Il y a quelques éléments positifs dans ce paquet de mesures […] mais il est loin de nos attentes », ont réagi le 15 septembre les organisations agricoles majoritaires de l’UE (Copa-Cogeca), à l’issue des débats des ministres de l’Agriculture des Vingt-huit. Elles déplorent notamment le « manque de mesure » pour le porc et le peu d’attention porté au secteur de la viande bovine. Pour le lait, le Copa-Cogeca regrette que le prix d’intervention n’ait pas été réactualisé et rappelle que l’aide prévue sera « payée par les producteurs eux-mêmes », via le super-prélèvement.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer