Productions Agricoles

Le marché du porc de ce jeudi 13 août repoussé au lendemain ?

Bis repetita. Alors que l’habituel marché du début de semaine ne s’est pas tenu lundi dernier, ce jeudi 13 août la salle des cotations est à nouveau restée vide. Manquaient à nouveau à l’appel les acheteurs représentant les deux poids lourds de l’abattage Bigard-Socopa et Cooperl Arc Atlantique.

Devant la Maison du porc, plus de 150 personnes étaient rassemblées. Beaucoup d’éleveurs bien sûr, et de nombreux journalistes de la presse nationale. Daniel Picart, président du MPB, a expliqué que le marché se tiendrait peut-être “demain vendredi au retour des deux dénonciateurs”. Les industriels de l’abattage sont très attendus. Parallèlement, Michel Bloc’h, président de l’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne, a rappelé combien les éleveurs étaient “asphyxiés sous l’inflation des charges anormales et distorsives dans une production qui réclame beaucoup de besoin en trésorerie.” Le Finistérien a réclamé, “au nom de l’ensemble des éleveurs de porc”, un rendez-vous d’urgence à Matignon, “avec le Premier ministre ou au moins ses représentants”, alors que des membres du Gouvernement sont en vacances. “Une réponse de Manuel Valls est attendue dans la journée… Sans ça, il y aura une mobilisation ce soir ou demain. Nous devons rester soudés”, reprenait un responsable de la FDSEA des Côtes-d’Armor.

“Alors que beaucoup d’éleveurs sont dans le gouffre”, les voix syndicales répétaient “qu’on ne lâchera pas sur le prix d’1,40 € / kg alors que les cours des aliments montent…” Les élus politiques ont été encore une fois sommés de “remonter rapidement à Paris le témoignage de la gravité de la crise” dans les territoires et d’agir “contre les 80 % d’approvisionnement d’origine étrangère en viande et produits laitiers dans la restauration hors domicile.” Autres doléances exprimées par François Valy : “que la MSA arrête d’envoyer des huissiers chez les éleveurs en difficulté après avoir communiqué sur les reports de charges sociales… Que les agriculteurs administrateurs de banques poussent pour une année blanche de remboursement de frais. Nous ne pouvons plus payer d’agios…”

Toutes les photos sur la page Facebook du Journal Paysan Breton

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer