ÉvénementsProductions Agricoles

Concours : « Notre Fétiche sélectionnée pour le National »

Les 29 et 30 mai, la SCEA Le Marchand participe  au National de Saint-Brieuc dans « une race qui a énormément progressé ces dernières années ».

Le panneau de ferme en dit long sur la passion de Stéphane et Fabienne Le Marchand. Sur l’image, Horloge (Vélux x Rivage), référence du palmarès de l’élevage. « Grande championne au Space 1996 après avoir empoché sa section et le prix de Meilleure mamelle jeune plus tôt », raconte Stéphane Le Marchand. Une année faste venant honorer le travail  d’Ernest, son père, qui s’apprêtait à partir à la retraite.

La famille et la mise aux normes en priorité

Par la suite, la lignée d’Horloge n’a pas offert d’animaux pour les rings. Surtout, après son installation, l’éleveur a mis le holà après le National de Mayenne en 2000 : « La mise aux normes, tout en auto-construction, et l’arrivée des enfants m’ont occupé en priorité. » L’élevage a repris les concours en douceur en participant 3 fois depuis 2011 aux Terralies. Pas encore au Space : « Les places y sont très chères », relativise l’éleveur. « Morphologie, qualité des mamelles et membres, niveaux de production… La Normande a tellement progressé que participer est déjà presque une victoire. » Chaque année, Stéphane Le Marchand revient de Rennes « un peu démoralisé » devant ces animaux haut de gamme… « Il faut se mettre à la place d’un juge. En jeunes, toutes les mamelles sont hautes, exceptionnelles en attache… Ça se joue à de petits détails. »
C’est donc avec « beaucoup de fierté » qu’il va conduire une vache au National. Fétiche (Unog x Mioche), tarie après sa 2e lactation, a été sélectionnée pour Saint-Brieuc. Ses points forts : « format, longueur et bonne démarche, ainsi qu’une mamelle de qualité. » Ce National constituera le 2nd concours de Fétiche après les Terralies 2014. Mais au départ, la sortir de l’élevage n’était pas gagné…

Hanubia suppléante

La SCEA pourrait aussi défendre ses chances grâce à la suppléante Hanubia (Alma x Redondo), qui vient de vêler en avril. « Une primipare avec une belle morpho, des membres de qualité, une très bonne mamelle. »

Dompter la farouche

« En 1re lactation, c’était une vache peureuse… Je ne pouvais pas la toucher. » Premier défi, « lui mettre quelque chose sur le nez » : pendant 3 semaines, pour l’habituer, Stéphane Le Marchand lui passait un licol matin et soir pour les repas. « Ça la dérangeait. Elle s’énervait… » Ensuite, « pas moyen de lui faire faire des tours de parc d’attente. Elle n’avançait ou au contraire, je ne pouvais pas la suivre », se rappelle l’éleveur. Il aura fallu employer les grands moyens : « L’attacher derrière le tracteur, entre 2 autres vaches pour la rassurer, et effectuer tranquillement des tours dans une prairie pour lui apprendre à marcher au pas. Avec la radio pour la préparer aux bruits du ring… Le plus important était de ne pas la malmener. » Le lendemain déjà, Fétiche s’était apaisée. « Je pouvais enfin la promener dans le parc d’attente. Pendant une semaine, après la traite, j’ai pu l’entraîner ainsi à la marche. » Une fois « radoucie », elle s’est laissé tondre avant le salon « mais il a fallu être vigilant car elle craignait d’être isolée. » Grâce à cette expérience, la vache est presque devenue un « mouton ». « Même si elle a toujours un tempérament assez vif, je peux désormais la caresser. » Au point d’être devenu l’animal Fétiche de la famille. T. Dagorn

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer