Energies et environnement

Le compostage des fumiers une démarche bénéfique pour l’environnement

Baisse des intrants, renforcement de l’autonomie et de la vie des sols : la réduction des déchets est parfois compatible avec des mesures saines pour l’environnement. Zoom sur les bienfaits du compostage.

Pourquoi composter les fumiers avant épandage ?

Sous l’action de micro-organismes, le compostage par fermentation aérobie est un processus de transformation biologique de la matière organique à l’air libre. Les principaux avantages du compostage sont la réduction des volumes et des odeurs, la concentration des éléments fertilisants et l’homogénéisation du produit.

Quels sont les avantages du compostage des fumiers ?

  • Diminution du volume (30 à 60 %) et du poids (40 à 60 %), donc diminution des consommations de carburant et du temps de travail pour l’épandage.
  • Assainissement du produit : l’échauffement des tas élimine un grand nombre de graines adventices et de germes pathogènes.
  • Concentration en éléments fertilisants : le compost, devenu plus sec et plus concentré, peut être répandu à plus faible dose par ha.
  • Amélioration de la structure du sol : effet mulch (protection du sol, lutte contre l’érosion…), stimulation de la vie microbienne, amélioration de la prospection racinaire et de la capacité de rétention en eau.
  • Stockage et bonne diffusion dans le temps de l’azote.
  • Amélioration de la flore et meilleure appétence pour les épandages sur prairie.
  • Autorisation de diminution des distances d’épandage par rapport aux habitations : 10 m au lieu de 100 m. Grâce à la diminution des odeurs et à son plus bel aspect visuel, le compost peut être épandu relativement près des zones habitées sans conflits de voisinage.

Un bon compostage nécessite que les fumiers aient une humidité comprise entre 50 et 70 % et contiennent suffisamment de paille (au moins 5 kg/UGB/jour), sinon il est préférable d’ajouter des produits structurants comme des sciures ou des déchets végétaux.
En respectant la réglementation, on peut composter au champ ou à proximité des bâtiments sur plate-forme bétonnée. Les andains doivent mesurer environ 1,50 m de haut sur 3 m de largeur. Il faut également une surface d’un peu plus de 100 m2 pour stocker 100 tonnes de fumiers. Au moins deux retourneurs sont nécessaires pour assurer une bonne décomposition ; bien que possible avec un épandeur, il est préférable d’utiliser un retourneur d’andain avec un tracteur adapté. Ce matériel permet un travail rapide mais il est coûteux. Il nécessite donc un achat collectif ou d’avoir recours à une prestation de service proposée par de nombreuses Cuma. Toutefois, grâce aux gains de temps engendrés, le coût du compostage reste équivalent à celui de l’épandage du fumier frais.
Afin d’éviter la perte d’éléments fertilisants par lessivage, il est conseillé d’épandre le compost au plus tard 6 mois après la mise en place des tas.

Comment le compostage assainit-il le fumier ?

On peut réduire considérablement le nombre des agents pathogènes dans le fumier en lui faisant subir un compostage rigoureux. Un des paramètres que l’on retrouve dans la plupart des méthodes de compostage est le maintien du fumier à une température de plus de 55°C dans les systèmes avec aération ou en bacs. Dans la méthode en andain, le fumier qui est au cœur de l’andain atteint généralement ce niveau de température, mais pas celui qui reste en surface et dans le bas. Le retournement ou le brassage de l’andain fait pénétrer l’oxygène dans le matériau, ce qui provoque une montée rapide de la température durant la première phase du compostage. Quand on utilise des retourneurs d’andain, on expose le fumier à une température élevée. Il est donc nécessaire de retourner l’andain plusieurs fois pour que la totalité du fumier subisse un échauffement important pendant au moins trois jours consécutifs.

La recommandation générale est de maintenir la température interne des andains à 55 ° pendant quinze jours et de faire au moins 5 retournements. Le compostage en andains ne réduit pas les populations d’agents pathogènes de manière aussi constante que le compostage en bacs ou en meule aérée non retournée, quand ils sont effectués correctement. La réussite du compostage en andains dépend de la qualité du brassage et du maintien d’une température élevée.

Certains organismes sont plus difficiles à tuer que d’autres et il faut contrôler régulièrement la température pour s’assurer que le fumier subit l’échauffement voulu pendant un laps de temps suffisant. Pour atteindre et maintenir la température nécessaire, il faut veiller à ce que les conditions soient optimales, un l’occurrence, assurer un taux d’humidité propice (50-50 %), un rapport carbone/azote optimal et une aération ou des retournements suffisants et réguliers. Les renseignements sur l’évolution de la température, l’état du compost, le rapport carbone/azote, le taux d’humidité et la date et l’heure des retournements doivent être notés par écrit.

Après chaque utilisation, il faut nettoyer le matériel de retournement du compost afin d’éviter de réintroduire des organismes pathogènes dans le compost. En passant d’un tas de compost jeune à un andain de compost plus évolué sans avoir nettoyé le matériel, on risque de réensemencer le compost qui est en voie de maturation. Il ne faut pas non plus manutentionner du compost avec un chargeur ayant servi à manutentionner du fumier brut.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer