DossiersEnergies et environnement

Penser à la maintenance en photovoltaïque

Un nettoyage par an pour optimiser le rendement

Une installation photovoltaïque travaille presque toute seule, pourtant il faut lui accorder un minimum d’entretien pour garantir un rendement optimal. Cela passe par un bon nettoyage de ses panneaux au moins une fois par an.

Le nettoyage d’une installation photovoltaïque de 36 kW prend environ deux heures avec cette laveuse.
Le nettoyage d’une installation photovoltaïque de 36 kW prend environ deux heures avec cette laveuse.

L’installation photovoltaïque de Patrick Rimasson, à Sens-de-Bretagne (35), date de 2009 et du temps des contrats de rachat de l’électricité au tarif de 0,60 €/kWh. L’éleveur laitier a équipé sa stabulation de 36 kWc de modules photovoltaïques. « Le problème ici, c’est que les panneaux se salissent particulièrement vite puisque j’utilise une pailleuse. » L’éleveur avoue ne pas avoir nettoyé son installation depuis plus d’un an et demi. « Avant je lavais à la pompe haute pression une fois par an. Mais depuis mon accident de quad, je ne suis plus à l’aise sur le toit », raconte l’agriculteur. Il a donc fait appel à Jean-François Le Verge, gérant de la société Armor lavage, proposant des prestations de nettoyage d’installations solaires, qui met l’agriculteur en garde. « Nettoyer ses panneaux avec un Karcher risque d’endommager les modules en décollant le joint au bord du cadre en alu. »

Lavage à l’eau déminéralisée

Pour le nettoyage des installations photovoltaïques, François Le Verge utilise une machine qui permet de ne pas marcher sur les panneaux, ce qui évite les microfissures invisibles à l’œil nu. « Je dirige ma machine depuis le faîtage du bâtiment en la laissant descendre en bas de l’installation et en la remontant manuellement. Elle fonctionne à l’hydraulique par principe de pistons axiaux, ses deux brosses rotatives sont activées par la pression de l’eau. Je n’utilise aucun produit chimique, seulement de l’eau déminéralisée, traitée contre le calcaire et le fer. » L’entrepreneur est venu à cette activité assez naturellement. Son activité de base est le lavage des bâtiments d’élevage et de l’intérieur des serres de légumes. « En avril 2014, j’ai investi 45 000 € dans cette laveuse de panneaux et dans la centrale pour déminéraliser l’eau. Régulièrement, mes clients possédant des installations solaires me demandaient si je connaissais une entreprise faisant du nettoyage de panneaux. J’ai alors décidé de me lancer après avoir rencontré un entrepreneur équipé de cette machine dans le Sud de la France. »

240 € pour nettoyer 36 kWc

De nombreux nettoyages se font manuellement avec des balais-brosses rotatifs et télescopiques qui sont peu coûteux. Le problème est qu’il n’y a pas de poids sur la brosse et donc le nettoyage est moins bon. « Cette laveuse pèse 25 kg, le résultat est net et régulier et le débit de chantier meilleur. » Le nettoyage d’une installation de 36 kWc comme celle de Patrick Rimasson demande moins de deux heures de travail. « Au niveau de la tarification, je facture à la surface 1 €/m2. Pour ce chantier d’environ 240 m2, cela fait 240 €. » Cette nouvelle activité a permis à Jean-François de se diversifier et de palier sa baisse d’activité en nettoyage de poulaillers, lié à la crise avicole. De son côté, l’agriculteur avoue ne pas faire de suivi de production, mais il est convaincu de l’importance de nettoyer régulièrement son installation pour assurer une production optimale. « À partir de cette année, je vais laver mes modules deux fois par an, une fois en mars et l’autre en octobre. C’est évident que je rentabilise mes deux lavages annuels. » N. Goualan

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer