DossiersÉlevage

Techniques d’insémination porcine

Les nouvelles technologies, au service des commandes

Commander des doses d’insémination et suivre l’historique de ses commandes d’IA permet aux éleveurs de gagner en réactivité. Ce service se poursuit jusqu’à la livraison des doses sur l’exploitation.

« L’informatique et les nouvelles technologies, il faut s’y mettre. C’est un gain de temps quand on les maîtrise », assure Olivier Billon, un des quatre associés de la SAS Billon, à Log Éguiner (29).

Olivier Billon, éleveur à Loc Éguiner (29)
Olivier Billon, éleveur à Loc Éguiner (29) ajuste chaque jour sa commande de doses d’IA avec son smartphone, en fonction de son stock et des truies qui sont à inséminer le lendemain.

Dans cet élevage de 950 truies, 1,4 km de fibre optique permet de connecter tous les ordinateurs sur un serveur pour coordonner tous les automatismes d’un atelier à un autre. Aussi, c’est tout naturellement au milieu de ses truies que l’on retrouve le responsable de l’atelier reproduction, ajustant sa commande de doses d’insémination sur son smartphone, en fonction de son stock d’IA et des animaux en chaleur.

L’exploitation

  • 4 associés et 5 salariés
  • NE 950 truies sur site
  • Autorenouvellement
  • 80 ha
  • Fabrication des aliments à la ferme
  • Traitement des effluents

Un suivi sécurisant de la commande

Depuis début octobre, avec une nouvelle application chargée sur son téléphone portable, l’éleveur a été séduit par la souplesse de la prestation* proposée par Cobiporc. Avec une conduite à la semaine, un planning de base est établi, pour l’insémination hebdomadaire de 52 truies, avec 90 doses livrées le lundi matin, 40 le mardi matin et 20 le vendredi après-midi, pour les IA du week-end. Mais les commandes supplémentaires sont dorénavant facilitées et sécurisées. « Plus besoin de téléphoner, plus d’horaires à respecter, le service est disponible 24 heures/24… La prise de commande est de plus confirmée avec la réception instantanée d’un SMS », explique l’éleveur. Cette trace écrite sécurise la gestion de l’atelier reproduction, elle permet d’avoir un suivi des doses et du nombre commandé et d’y revenir facilement si besoin, en modifiant ou annulant la manipulation.

Être averti à la livraison des doses d’IA

Outre la confirmation de la commande par SMS, Daniel Rouillé, un des 4 associés du Gaec Lagarde à Meillac (35), responsable de l’atelier des 200 truies NE, apprécie d’être averti par SMS de la livraison des doses sur son élevage. « C’est plus de confort. Finis les allers-retours inutiles au local de dépôt, je peux me consacrer sereinement à une autre tâche en attendant la livraison. » Un code-barres a été attribué à l’élevage. Au dépôt du colis, le livreur a la certitude du lieu de livraison (local, élevage). La connexion du code-barres du colis avec celui de l’élevage génère l’envoi d’un SMS à l’éleveur sur son téléphone portable. « À la réception de ce dernier, je peux récupérer rapidement mes doses pour les placer à la bonne température et organiser mon chantier d’IA. »

Arrêt du prélèvement à la ferme

Mais l’informatique ne fait pas tout… Et côté technique d’élevage, le savoir-faire des éleveurs et des salariés est toujours requis. Depuis la mise en place des bandes de 50 truies gestantes en 2012, le suivi individuel des animaux est croissant au début de l’allotement autour du distributeur automatique de concentrés (Dac). Pour maintenir les critères techniques, le poste prélèvement à la ferme, en place depuis 1985 dans l’élevage, a été supprimé, libérant une personne à temps partiel. Optimisation de la main-d’œuvre, meilleur suivi des animaux… Un défi à relever avec l’investissement de 30 000 euros lié à l’achat de doses d’IA à l’extérieur.

Le meilleur suivi de la gestation a permis d’avoir des portées plus vigoureuses et plus homogènes, et des poids de porcelet plus importants. Les pesées systématiques à la naissance sont réalisées.
Les pratiques liées à l’IA n’ont pas changé. Les journées ne commencent plus par le prélèvement de la semence, mais directement par des IA. La biosécurité des centres d’IA est pour l’éleveur un gage de garantie, « une sécurité supplémentaire, face à une pression sanitaire importante. »

 Carole David

* Cobitrace est un service gratuit proposé par Cobiporc, en cours de déploiement sur le Grand Ouest. Accessible par téléphone, internet ou smartphone.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer