Politique et Syndicalisme

L’élu MSA, au cœur du territoire

Les élus MSA sont actifs sur leur territoire. Chaque commune a son ou ses représentants. Rencontre avec Yves Le Rolland, agriculteur à Coatréven (22), qui explique son rôle de président cantonal.

La MSA est une institution qui vous est chère et dans laquelle vous militez depuis plus de 20 ans. Pourquoi ?

Yves Le Rolland : La maison MSA a été fondée par les agriculteurs il y a 65 ans. Avec le guichet unique, le secteur agricole bénéficie d’un service efficace et simple. Il propose aux bénéficiaires un appui tout au long de leur vie, de la naissance à la retraite, en passant par l’éducation, la maladie… Les services sont nombreux, car le rôle de la MSA ne s’arrête pas aux cotisations !

En tant que président d’un comité cantonal, pouvez-vous expliquer ce que cet engagement vous apporte ?

Yves Le Rolland : Les élus servent de relais entre l’adhérent et les agents de la MSA et ceci, avec le concours d’un animateur local. Mon rôle est de faire remonter les informations, bonnes ou moins bonnes. Les gens m’interpellent dans la campagne. J’active le réseau MSA si besoin. Je dois expliquer aussi certaines orientations ou réglementations. Pas toujours facile. C’est toujours de notre faute en tant qu’élu… Si on ne peut pas minimiser les cotisations, aller contre une loi, on peut toujours échanger et informer, et rester en veille pour éviter chaque année l’augmentation des charges sociales.

Pour moi, cet engagement est basé sur des valeurs qui me sont fortes : l’entraide et l’accompagnement des personnes du monde agricole qui m’entourent. Nous avons tous eu ou aurons besoin d’aide à un moment donné. Il est important de pouvoir maintenir ce réseau sur le territoire qui permet ce lien de proximité, dans un monde où les gens peuvent vite se retrouver seuls et démunis devant l’ampleur de certaines situations professionnelle ou personnelle.

On parle aussi d’animation du territoire. Pouvez-vous citer des exemples concrets ?

Yves Le Rolland : Dans notre secteur, où la production légumière est très représentée, nous sommes souvent interpellés sur l’emploi. Diverses réunions sont organisées sur la main-d’œuvre occasionnelle : déclaration, obligations de l’employeur… Cette année, la réunion annuelle intercantonale a eu pour thème les allergies. Un vaste domaine où nous avons pu évoquer les causes des allergies touchant agriculteurs et salariés, liées aux artichauts ou aux feuilles de tomate, jusqu’à la notion de reclassement de ces personnes. Les actions MSA peuvent être aussi complémentaires avec des rôles d’élu local. En tant que maire de ma commune, je travaille également en ce moment sur l’ouverture d’une microcrèche, correspondant à une demande de jeunes mamans du territoire travaillant avec des horaires atypiques dans les serres et confrontées aux nouveaux rythmes scolaires. Propos recueillis par Carole David

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer