Dossiers

Désherbage des céréales

Quand faut-il désherber ?

Hygrométrie de l’air, humidité du sol, période de gel et stade de la plante… Rappel des principales règles pour optimiser l’efficacité du désherbage des céréales.

Pour les désherbages réalisés l’hiver et au début du printemps, il faut traiter sur sol humide, avec une bonne hygrométrie.

Rechercher 60 à 70 % d’hygrométrie de l’air

La recherche d’une bonne hygrométrie est essentielle, et ce pour 2 raisons principales. Une humidité de l’air élevée favorise une bonne hydratation de la cuticule facilitant ainsi la pénétration de l’herbicide. De plus, l’humidité de l’air influence la vitesse de dessication des gouttes sur les feuilles pendant la pulvérisation. Plus l’air est sec, plus la perte de matière active est importante. Cela se traduit par une diminution du diamètre des gouttes, si bien que les gouttes très fines peuvent disparaître avant d’atteindre les feuilles.

Traiter sur sol humide

Un sol humide garantit l’absorption racinaire et la bonne circulation du produit dans la plante. De plus, en conditions séchantes, les plantes sont stressées et peu réceptives aux herbicides. Lorsque les conditions sèches du sol sont associées à une faible hygrométrie, on observe de fortes baisses d’efficacité, notamment pour les applications de sulfonylurée à base de iodosulfuron et mésosulfuron (Archipel/Atlantis/Hussar OF…).

Ne pas traiter quand des périodes de gel de plusieurs jours sont annoncées
Ne pas traiter quand des périodes de gel de plusieurs jours sont annoncées.

Ne pas prendre de risque avec la sélectivité

Toute la mise au point d’un herbicide repose sur un compromis : éliminer les adventices et épargner la culture ou, autrement dit, être sélectif. Les limites de sélectivité peuvent être franchies et provoquer des phytotoxicités en particulier dans les deux conditions suivantes.

Éviter de traiter si une période de gel est annoncée

La majorité des accidents intervenant après une application phytosanitaire est observée après des applications suivies de période de gel pendant plusieurs jours. Il faut donc être attentif aux prévisions météo et préférer attendre si de telles conditions sont annoncées. Le risque est d’autant plus important si le gel nocturne est accompagné de températures douces pendant la journée.

Respecter les stades d’application

C’est essentiel pour garantir l’efficacité des produits et s’assurer que la plante pourra détoxifier (détruire) le produit. Les stades d’application sont indiqués sur les bidons. Eric Masson – Michel Moquet Arvalis-Institut du végétal

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer