Le couvert végétal travaille pour vous

couvert-vegetal-preparation-culture-printemps - Illustration Le couvert végétal travaille pour vous

Bien choisir ses espèces de couvert végétal assure une bonne préparation des cultures de printemps.

La couverture des sols est obligatoire en hiver. Cette contrainte économique et chronophage s’avère en réalité une véritable opportunité. Les nombreux avantages du couvert en font un allié pour l’agriculteur.

Bienfaiteur du sol

Les actions du couvert végétal sont nombreuses. Il permet de structurer les sols compactés, de casser le cycle des ravageurs et des adventices et apporte de la matière organique fraîche en augmentant donc le C/N, indicateur qui permet de juger le degré d’évolution de la matière organique. Son rôle fixateur de la terre est primordial : l’érosion hydrique est limitée par les racines du couvert, d’autant plus si elles sont développées.

[caption id=”attachment_6325″ align=”aligncenter” width=”300″]Liste des plantes autorisées pour la couverture des sols Liste des plantes autorisées pour la couverture des sols en termes de CIPAN pendant les périodes de risque de lessivage.[/caption]

Semer dès que possible

Le couvert se sème dès libération de la parcelle, l’idéal étant d’intervenir sur chaume sans travail du sol préalable pour limiter le coût d’implantation et pour préserver la biodiversité fonctionnelle, comme les vers de terre, sensibles au labour. Le semis se fera donc à la volée ou avec un semoir à disque classique et l’humidité résiduelle du sol favorisera la germination. Le premier critère à prendre en compte pour le choix de l’espèce sera sa valorisation ou non en fourrage. Semé tôt après céréales, le couvert pourra être récolté sous 8 à 10 semaines avec une bonne qualité fourragère.

Le couvert doit être facile à implanter, mais aussi facile à détruire. Les espèces gélives sont intéressante de ce point de vue, attention toutefois aux hivers doux. Pour les producteurs utilisant des techniques culturales simplifiées, le couvert permet de remplacer en partie le travail des outils. Certaines plantes structurantes comme le radis noir ont par leur système racinaire des effets en profondeur. Attention à l’introduction de crucifères en couvert si la rotation comporte du colza ou des légumes, sous peine de favoriser des maladies comme le sclérotinia ou les hernies. Eviter également des espèces comme le seigle dans les parcelles à forte présence de limaces.

Nouveautés 2014

Un apport d’azote est possible à l’implantation de la dérobée si une récolte de fin d’année est prévue (fauche ou pâture). « La dose varie en fonction de la date de semis : 60 uN efficace pour un semis en juillet (arrêté GREN du 05 juillet 2013) et 40 uN efficace pour un semis d’août », rappelle Louis Le Roux, conseiller agronome à la Chambre d’agriculture du Finistère. Concernant les Cipan, il est désormais possible de les associer avec une légumineuse à hauteur de 20 % maximum. Fanch Paranthoën


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article