CulturesProductions Agricoles

Dérobées fourragères, un bonus pour les éleveurs

Les intercultures fourragères, exploitées entre la moisson et le semis des cultures de printemps, entrent à part entière dans le système fourrager des exploitations. Elles permettent d’en améliorer la productivité.

Les dérobées valorisables par les bovins représentent les trois quarts des intercultures en Bretagne. Elles sont utilisées à deux fins : pâturage et fauche. Les plus productives sont les associations ray grass d’Italie (RGI) alternatifs (Alt) et non alternatifs (Non Alt) avec des trèfles annuels non météorisables. Les deux principales compositions sont :

  • Le Prota Plus First : RGI Alt et Non Alt associés à des trèfles incarnats précoces et tardifs, permettant une double exploitation : pâture ou fauche à l’automne et au printemps ;
  • Le Trio Trèfles Annuels : mélange de trèfles Squarosum, Incarnats et Micheli, que l’on peut associer à un RGI Alt de type Volubyl ou Spa.
    Ces deux types de dérobées sont les plus performants. Comparée à l’association de RGI seuls, l’association RGI avec des trèfles incarnats ou annuels permet une meilleure rétention en eau et une réserve azotée pour la culture de maïs suivante. Ces espèces ont l’avantage de pouvoir être récoltées de plusieurs manières : pâturage, ensilage, enrubannage, affouragement.

Affourragement en vert

Les dérobées sont aussi adaptées à l’affouragement en vert. Sur une seule coupe, les colzas fourragers sont aussi productifs que les RGI + Trèfles Incarnat. En revanche, les RGI sont multi-coupes et donc plus intéressants en rendement global. Récoltés en affourragement, avec des taux de matière sèche faibles (autour de 11 %), ils sont encombrants et peuvent limiter l’ingestion des autres fourrages. Les valeurs alimentaires sont intéressantes et équilibrées en énergie et protéines. Dans l’essai réalisé à Ploudalmézeau (29) en 2013, les rendements cumulés automne et printemps sont élevés car la dérobée a été semée tôt sur août, avec une fertilisation appropriée. Un semis précoce est indispensable pour récolter ces mélanges avant l’hiver et assurer le rendement de la coupe de printemps.

Le colza fourrager est un bon allié de l’éleveur dans un contexte de correcteur azoté à prix très élevé (tourteaux de soja à plus de 450 €/t.). L’adjonction de ce fourrage à la ration hivernale (jusqu’à 2,5 kg de matière sèche par animal) procure une meilleure efficacité alimentaire, un gain économique et « santé » appréciable. Le Prota Plus First et le Trio Trèfles Annuels sont aussi de bons partenaires sur deux coupes à l’automne et au printemps. Afin de valoriser au mieux vos dérobées fourragères, il est donc essentiel de bien choisir les compositions. L’objectif à viser est de 4 à 8 tonnes de matières sèches par ha en fourrages très protéinés. Jean-Luc Le Bénézic & André Yvinec / Triskalia

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer