L’agroforesterie pour mieux passer l’été

En 2019, le Gaec de Lait’Spérance à Argentré-du-Plessis (35) s’est tourné vers l’agroforesterie pour faire face à plusieurs défis tels que la sécheresse et le manque d'ombre pour son troupeau.

20179.hr - Illustration L’agroforesterie pour mieux passer l’été
Régis Badié et Martine Blin, les deux associés du Gaec de Lait’Spérance, dans une parcelle agroforestière.

« Les 2 dernières années ont été marquées par la sécheresse, il y avait un manque d’herbe et le troupeau avait un accès limité à l’ombre. J’avais aussi des terrains en pente et la ferme du voisin était souvent inondée », témoigne Régis Badié, un des associés du Gaec. 400 arbres de taillis et 400 hauts-jets Après…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article