Il concilie cultures biologiques et abandon du labour

Le système de culture de Kristen Le Boedec est équilibré, avec des apports de matière organique d’origines animale et végétale, un travail du sol réduit. Le producteur arrive à cultiver des céréales et des légumes en bio tout en ayant abandonné le labour.

17676.hr - Illustration Il concilie cultures biologiques et abandon du labour
Le semoir Väderstad sert à implanter la grande majorité des cultures.

Ce n’est pas le passage en agriculture biologique en 2016 qui a fait renoncer à Kristen Le Boedec à des itinéraires techniques sans labour, initiés dès 2014. L’éleveur de porc et de poule pondeuse bio de Maël-Carhaix (22) a continué sa démarche d’implantation des cultures qui ne bouleverse pas les sols, « car j’ai toujours eu de l’intérêt pour la vie du sol. Le non-labour ne m’a pas demandé de gros investissements, j’ai seulement acheté une herse étrille et une roto-étrille pour les désherbages mécaniques », expliquait-il la semaine dernière, lors d’un après-midi technique bio organisé par la Chambre d’agriculture. Casser tôt ses couverts Pour les cultures de printemps, les couverts végétaux « sont détruits dès que la réglementation le permet. Je passe une simple fraise, volet ouvert, à un moment plus sec ». Les végétaux se dégradent rapidement avec cette bonne oxygénation. Si la biomasse est trop importante, une déchaumeuse à socs est passée. Un cultivateur lourd vient déchaumer et incorporer ces résidus superficiellement, des faux-semis viennent enfin réchauffer le sol et détruire les adventices. Pour cela, « j’utilise un vibroculteur passé à 10 cm de profondeur, puis à 5 cm ». La culture est alors semée en direct par le Carrier Drill 300. Si les TCS peuvent laisser beaucoup de résidus en surface, le désherbage mécanique n’est pour autant pas contrarié grâce à la roto-étrille qui « n’a pas d’effet peigne. Elle extirpe les adventices ». Pour ses céréales, Kristen Le Boedec n’utilise que de la semence certifiée. « Dans la semence de ferme, le risque est trop grand d’avoir de la vesce, les retirer lors du triage est très difficile ».  Restitution des pailles Les sols sur schiste de la ferme contiennent « 15 à 20 % d’argile. Le pH s’acidifie, je dois faire des apports de carbonate réguliers » avant l’implantation des têtes de rotation. « Les fientes de…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Tags : , ,
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article