- Illustration Le meilleur ami de l’homme
Le Crédit Mutuel de Bretagne s’engage auprès de l’association Handi’Chiens Bretagne qui va bénéficier d’une aide financière de 80 000 euros.

Le meilleur ami de l’homme

Il est des vies de chiens… admirables. Parce qu’elles sont pleines de sens, qu’elles changent très concrètement la vie de leurs maîtres et que la complicité avec ces derniers y est totale. Découverte des chiens d’assistance, à la fois aidants du quotidien et vecteurs de lien social.

Seven aux côtés de son maître, Patrick Mayer. Le jeune golden mâle de 14 mois termine la première partie de sa formation au sein de sa famille d’accueil. En début d’année prochaine, il intégrera le centre de Saint-Brandan pour parachever durant six mois son éducation, avant d’être remis à un bénéficiaire.

Du super héros, il a déjà la cape. Celle qu’arbore Seven est bleue et jaune, aux couleurs de l’association Handi’Chiens. Ses super pouvoirs, le jeune Golden mâle de 14 mois les cultive chaque jour avec son maître, Patrick Mayer, retraité de 63 ans qui l’a accueilli à l’âge de 8 semaines. Ouvrir et fermer une porte, ramasser un objet, en rapprocher un autre… Des gestes du quotidien parfois impossibles à accomplir pour les personnes handicapées. Et qu’un chien d’assistance bien dressé peut réaliser, permettant à son bénéficiaire d’acquérir une plus grande autonomie.
« Nous achetons nos chiots chez des éleveurs que nous sélectionnons, explique Sophie Collin, responsable du centre Handi’Chiens Bretagne, l’un des quatre que compte l’association à travers la France. Ce sont principalement des labradors et des goldens, races de chiens qui font partie des “retrievers” et rapportent naturellement. Elles ont également l’avantage d’être très appréciées des Français ». Un vrai atout pour ces animaux qui vont favoriser le lien social et l’inclusion.

Dès ses deux mois, le chiot est confié à une famille d’accueil, comme celle de Patrick, où durant 16 mois, il est sociabilisé et débute son apprentissage. « Basée sur le jeu, l’éducation est réalisée sans contrainte. Nous voulons des chiens bien équilibrés, qui adoptent les bons comportements, en tous lieux et en toutes circonstances », résume Sophie Collin. Dans cette optique, les chiens changent parfois de familles pour quelques jours, le temps de découvrir un nouvel univers. Et toutes les deux semaines, c’est le retour sur les bancs « de l’école » pour une séance de cours sous la houlette d’un délégué de l’association qui, lui-même, a été précédemment famille d’accueil. Tout au long du programme, l’animal est ainsi suivi et évalué.

« Le soutien des bénévoles et des entreprises est primordial
pour notre fonctionnement », Sophie Collin, responsable
du centre Handi’Chiens Bretagne.

La voie de son maître

Lorsqu’il atteint ses 18 mois, le chien quitte sa famille d’accueil pour venir peaufiner sa formation dans un centre Handi’Chiens labellisé. Là, durant 6 mois supplémentaires, il termine son éducation. Puis rencontre enfin son futur maître lors d’un stage d’adaptation où le bénéficiaire est formé à la méthode de l’association et découvre comment enseigner à son chien de nouvelles commandes. « Tous nos chiens sont formés à un socle commun. Puis quand les couples sont constitués, il y a une personnalisation en fonction des besoins : relever les palettes repose-pieds d’un fauteuil roulant, passer une carte magnétique pour emprunter les transports en commun… » Lorsque le chien est remis, à 24 mois, il maîtrise ainsi une quarantaine de commandes distinctes.
Aujourd’hui, l’association Handi’Chiens, forte de ses 30 années d’expérience, éduque des chiens d’assistance pour sept grandes familles distinctes. Il y a les chiens d’assistance pour les personnes à mobilité réduite, les chiens d’éveil destinés aux enfants atteints de troubles autistiques, de trisomie 21 ou polyhandicapés, les chiens d’accompagnement social qui interviennent dans les Ehpad, les instituts médico-éducatifs, les centres de rééducation fonctionnelle, les chiens d’alerte pour l’épilepsie, le Covid-19, les chiens d’assistance à la réussite scolaire et les chiens d’assistance judicaire. « Nous ne choisissons pas arbitrairement de former un chien pour telle ou telle mission. C’est l’animal qui nous guide, en fonction de son profil, de ses qualités ».

Implantée à Saint-Brandan dans les Côtes d’Armor, l’antenne bretonne de Handi’Chiens couvre la Bretagne, la côte atlantique ainsi que la région parisienne. Chaque année, elle remet gratuitement 30 à 40 chiens. Au plan national, le nombre de bénéficiaires avoisine annuellement les 150 personnes. Ce qui représente au moins autant de vies humaines soulagées, apaisées, facilitées. Pour l’association qui assure la formation et prend aussi en charge les frais d’alimentation et de vétérinaire des chiens hébergés en familles d’accueil, le coût unitaire d’un animal s’élève à 17 000 euros. « Les legs, le mécénat d’entreprises, de fondations et d’associations ainsi que les dons de particuliers constituent nos principales sources de financement, précise Sophie Collin. Le soutien des bénévoles et des entreprises est primordial pour notre fonctionnement ». Voilà qui souligne toute l’importance de l’aide octroyée par le Crédit Mutuel de Bretagne (lire par ailleurs) dans un partenariat qui a vraiment du chien !

Jean-Yves Nicolas

En savoir plus : www.handichiens.org

Solidarité régionale

Composantes fondamentales de l’identité coopérative, les valeurs de solidarité, d’entraide et d’inclusion du Crédit Mutuel de Bretagne s’expriment notamment à travers les dispositifs de solidarité gérés par les administrateurs de caisses locales pour accompagner les particuliers, les professionnels et les associations. Parallèlement à ces initiatives locales, un nouveau volet est venu s’ajouter en 2022 avec l’octroi d’une enveloppe de 300 000 euros dédiée à des actions emblématiques à portée régionale, dans le domaine du handicap et de la dépendance. C’est dans ce cadre que le Crédit Mutuel de Bretagne a apporté son soutien à l’antenne bretonne de Handi’Chiens, sous la forme d’un don de 80 000 euros. « Cette aide matérialise très concrètement notre action en faveur de ceux qui en ont le plus besoin, a souligné Julien Carmona, président de l’établissement coopératif. Notre engagement solidaire est conforme à nos valeurs et à ce que nous voulons être. Nous entendons d’ailleurs poursuivre nos efforts sur ce terrain dans les années à venir ».

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article