«On demande une aide à l’actif agricole»

 - Illustration «On demande une aide à l’actif agricole»
Véronique Marchesseau ; Isabelle Allain ; Benoît Collorec et Jean-Marc Thomas, de la Confédération paysanne Bretagne.

L’été caniculaire et la sécheresse ont mis à mal les éleveurs bovins en système pâturant. La Confédération paysanne demande une aide d’urgence à l’actif pour pouvoir ressemer des prairies et maintenir les cheptels. La Confédération paysanne Bretagne a effectué sa rentrée syndicale ce lundi 5 septembre à Ploubezre (22) sur l’exploitation de Benoît et Isabelle Allain, membre du comité départemental 22 et du comité régional du syndicat. La sécheresse et la canicule de l’été ont été au centre des débats lors de cette conférence de presse. « La sécheresse que nous vivons actuellement est supérieure à celle de 1976, 1989 et 2003. Nous n’avons jamais vu nos prairies dans un tel état. Certaines sont totalement dégradées et ne repartiront pas. Nous constatons des repousses qui sont composées essentiellement de pissenlit », lance Jean-Marc Thomas, éleveur à Rostrenen (22) et porte-parole de la Confédération paysanne Bretagne. Il poursuit : « le Centre-Bretagne, réputé comme le château d’eau de la région de par sa pluviométrie plus élevée qu’ailleurs est depuis quelques mois beaucoup moins arrosé que les autres secteurs bretons. Habituellement nous avons des vents d’ouest dominants qui nous apportent des précipitations. Cet été les vents dominants venaient de l’st ce qui a amplifié le phénomène de sécheresse. » Vendre des vaches plutôt que d’acheter du fourrage Cet été sec et caniculaire a engendré une baisse de la quantité et de la qualité de lait produit. Les fortes chaleurs ont même entraîné la perte de vaches dans des élevages. « Je suis producteur laitier à Hanvec (29) en zone séchante et cet été j’ai décidé de vendre 24 vaches plutôt que d’avoir à acheter du fourrage », témoigne Benoît Collorec, porte-parole de la Confédération paysanne 29. Et Véronique Marchesseau, secrétaire générale nationale, d’ajouter : « Certains élevages ont attaqué les stocks de foin hivernaux depuis le mois d’août, c’est très inquiétant. » Certaines…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article