Energies et environnementIlle-et-VilainePolitique et Syndicalisme

« Priorité à l’élevage pour le fourrage »

Dans un communiqué, la FDSEA d’Ille-et-Vilaine se positionne sur la concurrence potentielle entre élevage et méthanisation au sujet des cultures fourragères.

« Depuis quelques années, la méthanisation en milieu agricole se développe. Elle permet une valorisation des effluents d’élevages avec la production d’énergie renouvelable, répondant ainsi aux impératifs de développement du mix énergétique breton, tout en étant source de diversification du revenu des éleveurs », pose en préambule Cédric Henry, président. « Pourtant, ce développement, parfois non coordonné, nécessite un encadrement des projets afin que les éleveurs, très nombreux dans nos départements, ne soient pas pénalisés par une concurrence nouvelle : concurrence sur l’usage du foncier, concurrence sur la production de fourrages et concurrence sur le devenir des effluents notamment », poursuit-il.

Grille de prix pour le maïs

La sécheresse exacerbe les tensions chez des éleveurs « plus que préoccupés pour les mois à venir » et qui « se demandent comment ils vont réussir à nourrir leurs animaux ». Certains ont déjà entamé leurs stocks de fourrages normalement distribués à l’hiver et prennent donc le risque d’en manquer. « Si cela arrive, il faudra réussir à trouver d’autres fourrages pour les animaux et à un moindre coût ».
Autre problème également dû à la sécheresse et à la chaleur, dans certaines zones du département les agriculteurs pensent ou ont déjà commencé à récolter leurs maïs, afind’essayer de limiter les pertes notamment sur le maïs grain qui, à cause des températures, n’arrive pas à maturité. « La question de son prix est également présente », alerte Cédric Henry, rappelant que les Chambres d’agricultures viennent d’élaborer une grille de plafond du prix du maïs actualisée.

Fourrage contre effluents ?

Une réunion entre les présidents et certains membres de la FDSEA 35, JA 35, la Chambre d’agriculture et l’AMB (Association des Méthaniseurs Bretons) a eu lieu afin de faire un point sur la situation mais surtout pour y trouver des solutions. La conclusion qui en est ressortie : « Prioriser tout ce qui sort de la terre pour l’alimentation humaine et animale ». Autrement dit favoriser l’élevage plutôt que la méthanisation. « Cela passe par le fait d’étudier des alternatives où tout le monde en ressort gagnant. La plus évoquée étant que les méthaniseurs vendent leurs fourrages aux agriculteurs en échange des effluents de qualité de leurs élevages. Reste à savoir si cela peut se faire et à condition qu’une dérogation soit établie ; c’est à l’administration de faire en sorte que ça soit possible », informe le président de la FDSEA. Et de conclure : « Le message est là, l’élevage avant la méthanisation. »

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer