Cultures

Colza : Assurer une bonne nutrition minérale à l’automne

Obtenir une croissance dynamique et continue à l’automne est une condition indispensable pour un colza robuste.

Pour assurer une bonne alimentation minérale de la culture de colza, il faut un système racinaire bien développé et fonctionnel dans les premières couches du sol, ainsi qu’une bonne disponibilité en azote et phosphore à un moment où les plantes en ont besoin.

Apport de produits organiques

L’apport de produits organiques avant le semis du colza permet d’améliorer la disponibilité en azote. Dans le cadre des 25 expérimentations conduites par Terres Inovia de 1995 à 1998, avec apport de produits organiques de type II principalement (lisier de porc, fumier et fientes de volailles…) et pour des dates de semis du colza allant du 18 août au 11 septembre, cette augmentation de la disponibilité en azote a permis une augmentation de la quantité d’azote absorbé par la culture à l’ouverture du bilan (Pi) de 40 u en moyenne.

Azote minéral au semis

Réaliser un apport de 30 u d’azote sous forme d’engrais minéral au semis dans le respect de la réglementation en vigueur (pas d’apport d’engrais azoté minéral après le 31 août) permet de soutenir la croissance. Dans les expérimentations conduites par Terres Inovia et ses partenaires, ce type d’apport a permis d’améliorer le poids de matière fraîche aérienne à l’entrée de l’hiver (+ 780 g/m² en 2021 sur 21 essais et + 550  g /m² en 2022 en moyenne sur 15 essais). En moyenne, le coefficient apparent d’utilisation (CAU) de l’azote apporté (gain d’absorption permis par l’apport des 30 u par rapport au témoin sans apport) a toujours été au moins égal à 1.0, ce qui signifie que l’apport n’a pas contribué à une augmentation du risque de lixiviation de l’azote à l’automne.
Le colza est l’une des espèces de grandes cultures les plus exigeantes en phosphore. Cela signifie que son rendement est très affecté en cas de carence. Il est donc indispensable dès la mise en place de la culture même si la phase de plus forte absorption se situe au printemps.

Cas des précédents en légumineuses

Un précédent légumineuses à graines permet d’améliorer la quantité d’azote absorbé par le colza d’une quinzaine d’unités en moyenne par rapport à une précédent blé. C’est ce que montrent les résultats de 8 expérimentations conduites de 2008 à 2010 par Terres Inovia et les Chambres d’Agriculture de la Mayenne, de la Moselle, de la Nièvre et de l’Yonne dans le cas d’un précédent pois.

Terres Inovia

Cas des précédents en légumineuses
Un précédent légumineuses à graines permet d’améliorer la quantité d’azote absorbé par le colza d’une quinzaine d’unités en moyenne par rapport à une précédent blé. C’est ce que montrent les résultats de 8 expérimentations conduites de 2008 à 2010 par Terres Inovia et les Chambres d’Agriculture de la Mayenne, de la Moselle, de la Nièvre et de l’Yonne dans le cas d’un précédent pois.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer