Cultures

Observer les végétaux plus résilients

Depuis 40 ans, le Caté oriente ses travaux vers des cultures plus productives et plus résistantes. Le projet Climatveg s’inscrit dans cette démarche, avec des plantes moins sensibles aux excès d’eau ou aux sécheresses.

« En 30 ans, la fertilisation azotée sur chou-fleur a été divisée par 2,5. La création variétale permet de faire plus avec moins : les performances sont améliorées tout en diminuant les intrants. C’est aussi une réponse au changement climatique », introduit Jean-Denis Crenn, président du Caté, en amont de l’assemblée générale de la station expérimentale. Le site de Saint-Pol-de-Léon (29) teste 148 variétés de choux, plus particulièrement le « compartiment racinaire dans le cadre du projet Climatveg », ajoute Damien Penguilly, directeur de la structure. Ce programme multi-espèces vise à améliorer la résilience de tomates, de cultures maraîchères ou de jeunes plants d’ornement face au stress hydrique. Climatveg scrute « le matériel végétal pour trouver des solutions aux excès d’eau ou aux sécheresses ». Sur les 158 variétés de tomate observées, certaines donnent de bonnes perspectives avec des besoins en température moindres. Une réponse attendue des producteurs pour faire face à des coûts de chauffage des cultures sous abri qui flambent.

Un vinaigre à l’échalote

Parmi les projets étudiés au Caté, celui de la lutte contre la fusariose sur échalote et oignon. La station léonarde travaille sur une solution alternative au trempage à l’eau à 42 °C additionnée de thiophanate méthyl. « Des essais utilisant du vinaigre de qualité alimentaire sur oignon et échalote sont en cours. Si ce projet aboutit, il apportera une alternative intéressante en conduite conventionnelle ou biologique », décrit Damien Penguilly. Des mesures viendront compléter ces recherches en partenariat avec la MSA, notamment pour évaluer le risque d’émanation de vapeur pour l’utilisateur lors du traitement. Une extension d’usage du vinaigre est en cours de dépôt au niveau européen.

Lisser la production de champignons

Le biocontrôle entre aussi dans le programme de recherche des légumes de plein champ, en testant le lâcher de trichogrammes capables de « lutter contre les chenilles sur chou à inflorescence ». Les espèces supports de ce programme technique nommé Himeno sont les choux-fleurs et les brocolis.
Toujours dans une volonté « d’accompagner les producteurs », le Caté continue ses recherches en champignons, au niveau variétal, « pour un étalement de la production, qui doit être plus lent et plus fructueux, afin d’alimenter les marchés de manière plus lisse », souligne Jean-Denis Crenn.

40 ans de recherche
Auparavant gérée par l’Inra, la station est pilotée par le Caté depuis 1982. Le 19 juin, le site fêtera ses 40 années d’existence dans le cadre de la journée « Tous à la Ferme », organisée en partenariat avec Agriculteurs de Bretagne. « Ce sera pour nous l’occasion d’exposer nos 4 axes de recherche : le plein champ, les cultures sous abri, l’horticulture et les champignons », résume Damien Penguilly.

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer