Élevage

L’aides à la trésorerie basée sur le nombre d’animaux détenus

Crise du porc

Mise en place dans le cadre du plan d’urgence pour les élevages de porcs, la deuxième enveloppe d’aides de la trésorerie de 175 millions d’euros (M€) a été validée par la Commission européenne. L’aide n’excédera pas 290 000 euros par bénéficiaire, et elle sera accordée au plus tard le 30 juin. Elle sera basée sur le nombre de porcs charcutiers et de porcelets détenus entre le 1er septembre 2021 et le 28 février 2022. Pour y prétendre, il faut avoir produit plus de 500 porcins en 2021 et afficher un taux de spécialisation de plus de 20 % (part de l’atelier porc dans le chiffre d’affaires total). Comme indiqué par le ministre lors de l’annonce du plan, les éleveurs devront aussi être en règle du point de vue d’Égalim (proposition de contrat ou attestation d’une OP). Le montant de l’aide sera défini par une grille selon le taux de spécialisation et le type d’élevage ; il sera le plus élevé pour les élevages naisseurs-engraisseurs et les plus spécialisés, indique la directrice d’Inaporc Anne Richard. Pour un naisseur-engraisseur, l’aide pourra ainsi aller de 9,10 € par animal (pour les moins spécialisés) à 16,80 € (pour les plus spécialisés).

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer