Côtes d'ArmorCultures

Qui veut s’installer en maraîchage à Lanvallay ?

Lanvallay, près de Dinan, dispose d’une parcelle de 2,5 ha pour lancer une activité de maraîchage. La personne choisie profitera d’un écosystème dynamique et de débouchés assurés vers la restauration collective sur la commune.

Dans le cadre du PAT (Plan alimentaire et agricole territorial) de l’Agglomération de Dinan, élus et cuisiniers de Lanvallay (4 300 habitants) travaillent sur la limitation du gaspillage alimentaire et cherchent, dans le contexte de la loi Égalim, à approvisionner « en circuits courts » les cantines, explique le maire Bruno Richard. Mais pour relever ce défi de « souveraineté alimentaire du territoire », est constaté un nombre insuffisant de maraîchers bio. Les responsables ont donc décidé de prendre le taureau par les cornes. La commune dispose en effet de 6 ha de terres agricoles en entrée de bourg. Plusieurs projets y sont déjà lancés ou en préparation : potager associatif (8 000 m2) fournissant le Secours populaire, installation prochaine d’une productrice de fleurs bio et pépinière citoyenne. Restent 2,5 ha pour une activité de maraîchage dédiée donc à approvisionner la restauration hors-domicile à Lanvallay : « Les besoins estimés sont de 20 t de légumes par an pour fournir les cantines scolaires et de l’Ehpad. Soit environ 330 repas par jour. »

Un porteur de projet opérationnel

Un appel à candidature est lancé. « Nous recherchons une ou un porteur de projet opérationnel sur les aspects techniques après formation ou grâce à une expérience significative dans le domaine. Mais aussi quelqu’un capable de s’inscrire dans une dynamique collective avec les activités voisines évoquées et en relation directe avec une collectivité », détaillent les conseillers municipaux Thierry Nicolas, Philippe Le Drézen et Mathias Morel. Concrètement, la personne démarrera avec des débouchés assurés : « L’objectif est de conventionner ces 20 t de légumes à un tarif de demi-gros. Ensuite, en fonction du potentiel, libre à elle de livrer d’autres structures environnantes, de développer un autre créneau de commercialisation. »

Pour l’exploitation de la surface, un bail à ferme de 9 ans est prévu avec des clauses environnementales. « Les terres sont engagées dans une conversion pour une production en agriculture biologique. » Pour faciliter l’installation, la commune va créer un accès routier empierré de 100 m, tirer les réseaux (eau et électricité) et construire un bâtiment pour les différents projets de la parcelle (stockage des légumes et du matériel, bureau, sanitaires…). Les dossiers sont à transmettre dès à présent pour une décision du comité de sélection en fin de printemps. « L’activité pourrait démarrer dès septembre. Mais plus probablement en 2023. »

Un projet accueillant et encadré
« Ce projet présente de nombreux intérêts : des élus qui s’emparent de la problématique de l’installation agricole, la construction d’un lien direct entre production locale et alimentation… Cette initiative lève de gros freins rencontrés par de nombreux porteurs de projet, notamment les non issus du milieu : l’accès au foncier mais aussi l’insertion sociale dans un nouveau territoire », soulignent Benjamin Raison et Cédric Bernard, président et animateur d’Agriculture paysanne 22, association apportant son expertise aux élus de Lanvallay.

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer