Cultures

Féverole d’hiver : tout mettre en œuvre pour réussir l’implantation

Au vu du coût élevé des engrais minéraux, la féverole d’hiver peut être un choix judicieux du fait de l’absence de besoins en engrais azotés. Pour la féverole comme pour le pois, la réussite de la culture débute dès le choix de la parcelle.

La féverole est très sensible aux excès d’eau qui pénalisent fortement son développement et limitent sa nutrition azotée : éviter au maximum les sols hydromorphes et battants.
​​​​​​​Privilégier les sols aérés sur 10-15 cm et bien nivelé, à réserve utile moyenne à bonne.​​​​​​​ Contrairement au pois, la féverole n’est pas sensible à Aphanomyces euteiches et elle ne multiplie pas l’inoculum. Elle peut donc facilement être cultivée entre deux pois, ou dans des parcelles où la présence du champignon est avérée.
​​​​​​​Le délai de retour de la féverole préconisé est d’au minimum 5 ans.

semis poh feh terresinovia

Tenir compte des périodes optimales de semis

​​​​​​​Un sol ressuyé et aéré au semis favorise un bon enracinement et la mise en place des nodosités.
​​​​​​​Un semis profond à au moins 7 cm permet à la féverole d’être plus résistante face aux agressions du froid, et de repartir de la graine en cas de gel des parties aériennes durant l’hiver.​​​​​

​​​​​​​Ne pas semer trop tôt. Un semis précoce favorise un développement important des parties aériennes de la plante avant l’entrée de l’hiver, ce qui peut sensibiliser la plante au froid en cas de gelées tardives.
De plus, les semis précoces sont en général d’avantage soumis aux attaques de maladies, notamment au botrytis qui peut devenir difficile à maitriser.

carte periode semis fevh

​​​​​​Semer à la juste dose, ni plus, ni moins

La féverole d’hiver ramifie, il n’est donc pas utile de la semer trop dense. Une surdensité favorise le développement végétatif au détriment des gousses et des graines, ainsi que l’installation précoce et au développement rapide de maladies tel que le botrytis ou l’ascochytose.

Type de sol

Densité de semis conseillée

Dose de semences correspondante*

Sol limoneux

20-25 graines/m2

105 à 130 kg/ha

Sol argileux ou caillouteux

30 graines/m2

160 kg/ha

(*) indicatif pour un PMG de 525 g

Une fertilisation modérée : un atout économique cette année !

Les engrais minéraux ont connu depuis le début de l’année 2021 une augmentation très marquée. Dans ce contexte, l’absence de besoins en engrais azotés des légumineuses telle que la féverole, renforce leur robustesse économique par rapport à des cultures plus exigeantes en azote minéral.
​​​​​​​La féverole nécessite une fourniture moyenne en phosphore et potasse. Compter 50 kg de P2O5 et 60 kg de K2O en moyenne pour un objectif de 50 q/ha. Ces apports conseillés sont à ajuster selon la fourniture du sol et l’historique des apports.

P2O5

Sol pauvre

Sol bien pourvu

Sol très bien pourvu

Si apport au cours des 2 dernières années

100

60

0

Si apport plus ancien

120

90

30

K2O

Sol pauvre

Sol bien pourvu

Sol très bien pourvu

Si apport au cours des 2 dernières années

120

70

0

Si apport plus ancien

140

90

50

En cas d’exportation des pailles de céréales avant la culture, ajouter à ces chiffres 30 à 40 u de K2O, seulement en sols pauvres.

Laurine Brillault – Terres Inovia

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer