Energies et environnement

Des propositions pour réguler la méthanisation

Dans une tribune, la députée Claudia Rouaux propose plusieurs pistes afin de réguler la méthanisation, notamment réduire les tarifs de rachat et mettre en place un schéma d’aménagement des unités à l’échelle régionale.

« La méthanisation est, a priori, fondée sur une approche vertueuse. Elle permet de diversifier les revenus agricoles, ce qui ne doit pas cacher la problématique de la juste rémunération du cœur de métier des agriculteurs », souligne la députée d’Ille-et-Vilaine Claudia Rouaux dans une tribune intitulée « Méthanisation : réguler pour un développement raisonné » faisant suite à sa question au Gouvernement sur les dérives de la méthanisation le 23 septembre 2020.

« L’essor de la méthanisation suscite désormais des controverses. » Elle peut générer « des accidents, de la concurrence entre production alimentaire et énergétique alors que la terre a d’abord une vocation nourricière, de la spéculation foncière ou de l’inflation du prix des cultures destinées au bétail », souligne l’élue qui depuis un an a travaillé sur ce dossier en allant à la rencontre d’acteurs de la filière. Selon elle, les tarifs de rachat doivent être réduits « alors que la filière arrive à maturité et que la maîtrise de la dépense publique est une exigence ».

Pas d’aides Pac

Claudia Rouaux propose aussi de réviser la Pac « afin que des subventions ne soient pas octroyées pour des cultures destinées à produire de l’énergie » et de mettre en place un schéma d’aménagement des unités de méthanisation à l’échelle régionale, « afin de prendre en compte les gisements d’intrants, d’éviter une trop forte concentration d’unités sur certains territoires et de limiter le transport des matières organiques. »

Renforcer la sécurité

Il faudrait « déterminer le pourcentage maximum de cultures dédiées et de cultures intermédiaires à vocation énergétique (Cive) acceptable sur un plan agronomique. » Autre piste : renforcer la sécurité des installations (astreinte obligatoire sur site, contrôles renforcés, formations et certifications des exploitants et salariés). Pour favoriser l’acceptabilité sociale des projets l’élue propose de généraliser les consultations publiques et de réformer le régime des installations classées.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer