Sélectionner de belles vaches en bio

9476.hr - Illustration Sélectionner de belles vaches en bio
Vaches rouges, souche sans corne, Jersiaises… Passionné de sélection, Ronan Le Sommer continue de varier les plaisirs pour construire le troupeau du Gaec engagé en système pâturant.

Mordu de génétique, Ronan Le Sommer voit la Holstein comme une race bien adaptée en bio. Depuis la conversion de l’élevage, il poursuit son travail de sélection.  « J’ai toujours aimé les belles vaches et la génétique en général », démarre Ronan Le Sommer, producteur de lait bio à Arradon (56) aux portes de Vannes et du Golfe du Morbihan. Après un début de carrière comme technicien Holstein, le passionné avait filé aux États-Unis, dans le cadre du programme d’échange Mast, et travaillé quelques mois à la King Randsom Farm. L’occasion de découvrir l’approche de sélectionneurs américains aujourd’hui reconnus à l’international. Dès son retour, à l’heure de s’installer, le Morbihannais avait alors acheté des embryons cherchant à introduire des pedigrees de grandes familles de vaches dans le troupeau. « L’un d’eux m’a donné une femelle par Buckey, descendante de la lignée de la vache canadienne Sunny Lodge Prelude Spoty. Cet animal a rapidement été pointé Ex en mamelle. » Collectée avec Lauthority, le Gaec a obtenu deux femelles dont Gin Fizz, actuellement pointée 92 points en 6e lactation. « Sortie deux fois au Space, cet animal de show est aussi et surtout une très bonne vache de troupeau. » Avec l’avantage de bien transmettre ses qualités à sa descendance. Ses filles ont aussi été collectées : « Chez nous, ce très gros rameau alliant production et bonnes mamelles concerne autour de 30 % du cheptel. » Un foncier accessible dédié au pâturage Le passage en bio en 2016 a rebattu les cartes. L’autonomie alimentaire réclamée par le cahier des charges a bouleversé l’assolement et la stratégie fourragère. « En céréales, nous sommes passés de 80 ha à la vente à 40 ha autoconsommés », explique Xavier Jarlegan, associé du Gaec en charge des cultures. Le troupeau a augmenté de 120 à 150…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article