Oser acheter de la bonne génétique et la faire fructifier

9489.hr - Illustration Oser acheter de la bonne génétique et la faire fructifier
Autour de Nada Surf présélectionnée pour le Space, Clément, Louise, Jean-Marc et Mathéo Laot (Caché par l’oreille de l’animal : Donovan Le Gléo, apprenti au Gaec).

Passionnés d’élevage, les associés cherchent à construire un troupeau de vaches à haut potentiel génétique en n’hésitant pas à acheter aux enchères et à recourir au transfert embryonnaire.  Plutôt issus de familles de légumiers et de pêcheurs, Louise et Jean-Marc Laot partagent la même passion de l’élevage. « Pourtant quand je me suis installé seul en 2001 en reprenant la vingtaine de vaches de la ferme familiale, je ne connaissais pas grand-chose à la génétique », confie le Finistérien. Mais rapidement, en 2003, il est invité par le groupe des Éleveurs du Bout du Monde à participer au comice de Ploudalmézeau, un concours local au niveau déjà relevé. « J’ai été accueilli par une équipe soudée. Cette ambiance motivante m’a mis le pied à l’étrier. » Au contact de sélectionneurs reconnus, Jean-Marc commence à étancher sa soif d’apprendre. En 2008, les deux troupeaux du couple (Louise s’était installée en 2005 sur une autre ferme) sont réunis et le Gaec Seité-Laot est créé. Heureux d’évoluer en famille, les deux éleveurs ont le désir de travailler tous les jours avec de belles vaches. Dans le travail d’accouplement, ils cherchent le progrès génétique et sortent des animaux sur les rings. « Les concours, c’est le bol d’air, le petit plus dans notre travail, l’occasion de discuter au cul des animaux avec les autres passionnés, de ramener une bonne idée à la maison… »    Achat d’une génisse à index en copropriété En 2011, pour 4 300 €, le Gaec achète avec Christian Cadalen (Gaec de Lambrumen) également de Plouguin une génisse en copropriété à la vente aux enchères du National du Mans. « Je n’aurais jamais osé investir seul. Au départ, quand on découvre les ventes, on ne sait pas trop comment ça marche, on a peur de se tromper… Démarrer avec notre voisin connaisseur était très…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article