Le bon prix ?

Il est vrai que la météo a quelque peu gâché la fête. Mais, avec un blé payé 220 €/t « au cul de la remorque », le cours 2021 renoue avec l’euphorie des marchés du début de la décennie 2010. Cette décennie qui a ouvert l’ère de la volatilité des prix ; l’ère des bons et des mauvais coups au gré de l’oscillation de l’offre et de la demande sur le marché mondial. Sauf, qu’en Bretagne, la conjoncture actuelle tourne un peu à « Jean qui rit, Jean qui pleure ». Car le céréalier est souvent éleveur ; et l’éleveur, acheteur de céréales chez ses voisins. Avec cette incidence directe sur les marges de l’élevage puisque l’aliment représente plus de 2/3 du coût de production d’un porc et d’une volaille. Alors, est-ce dire que les céréales sont trop chères ? Non. Ce sont les prix des animaux issus de la transformation des céréales qui sont en décalage avec la réalité des marchés des matières premières. Les syndicats agricoles le répètent à l’envi depuis des années. Et la rentrée qui s’annonce ne dérogera pas à la règle, à l’instar de la FRSEA qui tire la première en déclarant, le 30 août, que « la perte pour les éleveurs avoisine les 20 € par porc sorti ». « Toute la politique part d’un grain de blé », avait déclaré le comte de Mirabeau en 1789, allusion à la céréale qui aurait précipité la chute de Louis XVI. Aujourd’hui, la tête des rois ne tombe plus dans l’assiette vide du peuple, mais tous les dirigeants – démocrates et dictateurs – ont bien en tête que « les subsistances sont le principal mobile de la tranquillité publique. » (Napoléon). En France, l’augmentation annoncée du prix des pâtes de 10 % n’ébranlera pas ce socle de stabilité. Quand bien même un citoyen mangerait des pâtes deux fois par jour, son budget alimentaire…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article