Cultures

Infusions et décoctions au service des cultures

Le centre technique de Carquefou, dédié aux fruits et légumes, regarde de près l’action fongicide ou insecticide de plantes naturelles mises en solution et apportées aux cultures.

Les Préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP) peuvent être obtenues par « macération, décoction ou infusion », énumère Romane Jean, ingénieur d’expérimentation au CTIFL. Sur le site de Carquefou (44), des extraits de plantes ont été criblés afin de connaître leurs effets sur des agents pathogènes.
Introduits dans des substances nutritives type gélose contenant aussi des champignons pathogènes, le rôle inhibiteur d’un panel de PNPP est en cours de détermination. « Un logiciel de traitement d’images vient mesurer le développement micellaire », explique Marine Le Roux, stagiaire au CTIFL. « Les sclérotes peuvent rester présents pendant 5 ans… mais les PNPP peuvent aussi avoir une action à long terme ».
Les macérations d’orties semblent donner satisfaction sur le sclérotinia, « avec un effet biostimulant. Les actions peuvent être directes ou indirectes : les plantes sont capables de déclencher des réactions en cascade après avoir reçu la préparation ».

Romarin, pissenlit et autres serpolets

Dans un autre projet de recherche sur les ravageurs nommé Pamal, l’équipe s’active pour « trouver des solutions alternatives contre les pucerons de la laitue ou les altises sur crucifères ». Dans des tests dits de contact et dans un environnement clos, le nombre de pucerons est répertorié avec précision sur une feuille de laitue, pulvérisée ou non de PNPP. Un second comptage est réalisé sous 24 à 48 heures. Dans un autre protocole par test de préférence, les expérimentateurs regardent où le ravageur préfère se diriger, en comparant une feuille de laitue trempée dans de l’eau ou dans un PNPP. « Les effets peuvent être très hétérogènes, du fait de la diversité génétique de la plante et du ravageur. Nous n’avons encore que peu d’informations sur la durée d’action, la bibliographie est faible ». À effet insecticide, des espèces comme la menthe poivrée, le sureau noir ou le romarin joueraient un rôle. Côté biostimulant, les pissenlits, les reines-des-prés peuvent être citées. Enfin et à rôle fongicide, le serpolet ou le thym donneraient de bons résultats : le thym à thymol est intéressant, mais l’extraction de la substance active s’avère compliquée, « il faut que le PNPP puisse se faire chez soi », conclut Romane Jean.

Un jardin maison
Sur le centre de Carquefou, une partie du site est attribuée à la culture de nombreuses plantes servant à la fabrication de PNPP. Le reste provient de la pharmacie de Thouaré-sur-Loire (44). Pour une bonne macération, des plantes sèches sont broyées puis plongées dans de l’eau pendant 24 à 48 heures. La décoction comprend une phase de macération puis un chauffage de l’eau à 90 °C. Enfin, une infusion est obtenue par un simple chauffage de mélange eau/plante.

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer