Cultures

L’azote valorisé jusqu’à début épiaison

Il est toujours possible de corriger une carence en azote jusqu’à la fin de la montaison des céréales. La plante a capacité à convertir cet azote à la fois en grain et en protéine, sous réserve de cumuler une pluviométrie suffisante suite à l’apport d’engrais (15 mm dans les 15 jours).
L’efficience de l’azote est même meilleure lorsque l’engrais est apporté durant la montée à épi plutôt qu’au tallage. À dose totale identique, comparé à une fertilisation apportée uniquement en sortie d’hiver, le bénéfice d’un dernier apport courant montaison est en moyenne de + 2 à 3 q/ha et + 0,2 à 0,3 % de protéines.
Apporter de l’azote au cours de la montaison permet d’accompagner la croissance de la culture, en phase avec ses besoins ; ceux-ci sont soutenus durant toute la montaison. L’efficience de l’engrais azoté est maximale à cette période.
Les essais Arvalis révèlent la capacité de la céréale à valoriser un apport d’azote jusqu’à début épiaison (lorsque l’épi commence à sortir de la gaine). Entre épiaison et floraison, la réponse à un apport d’engrais se traduit par une augmentation de la teneur en protéines des grains mais le rendement ne progresse pas autant que lorsque l’apport est réalisé à montaison. Après épiaison, en conditions favorables, la culture continue d’absorber de l’azote.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer