Cultures

Savoir répondre à un marché lunatique

Le commerce en ligne a sauvé la saison de la filière horticole l’an passé. Certaines références n’ont pas eu cette chance, comme en salade, avec une saison perturbée par la fermeture de la restauration collective.

Les confinements de population successifs de 2020 ont fait la pluie et le beau temps sur les marchés des fruits et légumes. À la Sica de Saint-Pol-de-Léon (29), l’assemblée générale du 16 avril a montré de grandes disparités suivant les références. Ainsi et sur la campagne 2020, la salade de 4e gamme a fortement souffert de « la fermeture des restaurants, 7 % de la production a été détruite », déplore Thomas Quillevéré, secrétaire général de la coopérative. Il en a été de même pour la gamme des légumes anciens, des shiitakés, ou « des mini-légumes, vendus quasi exclusivement en restauration collective. L’impact a été très fort », ajoute Marc Keranguéven, président.

Boom de l’e-commerce

Dans la filière horticole, la situation au départ catastrophique laissait craindre le pire en mars 2020, mais c’était sans compter sur « le boom de l’e-commerce et de la grande distribution alimentaire qui ont continué à référencer des produits horticoles en magasin », salue le président. Au final, la filière s’en sort avec un chiffre d’affaires en hausse de 7 %, pour atteindre 40 millions €.

Autre produit dont les volumes ont trouvé preneur dans cette situation complexe : l’échalote, car « le marché s’est inversé après avril. Les restaurateurs utilisent parfois non pas de l’échalote mais de l’échalion. Or ce dernier n’est pas acheté par le consommateur quand il cuisine chez lui, car il privilégie l’échalote traditionnelle ». La coopérative finistérienne augmente son chiffre d’affaires total en légume de 1 %, à 185 millions € pour une production de 203 000 t.

Si la majorité des marchandises passe par le cadran, les mises en marché se diversifient, « par des bureaux de vente pour les produits de niche, ou la télématique », explique Marc Keranguéven. Certaines sections réfléchissent aussi sur la contractualisation, en s’inspirant de la salade.
Dans ses grandes orientations à venir, la coopérative veut étendre la certification HVE de niveau 3 à 100 % des surfaces (sous abri et de plein champ) d’ici à fin 2022. En réponse à la demande sociétale, la vente en circuit courts est possible pour les adhérents, les statuts ont été modifiés en ce sens en 2020. Enfin, et pour les productions AB, un tonnage total de 15 700 t est visé pour l’année prochaine.

L’artichaut plaît
Les responsables observent un regain d’intérêt sur la gamme artichaut. « La demande augmente sur le Cardinal, apprécié pour sa bonne tenue en magasin », selon Thomas Quillevéré. La Sica continue pour ses adhérents à travailler sur des alternatives de production, avec des essais en artichaut de semis. « Nous avons encore des problèmes avec la technique car le semis réduit la durée de la saison, or nous voulons garder une saison longue. Toutefois, nous continuons à persévérer dans cette pratique », conclut Marc Keranguévén.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer