Naissance d’un projet de transformation à la ferme

7505.hr - Illustration Naissance d’un projet de transformation à la ferme
Jean-Jacques, Clément et Armel Bouvet devant le nouveau bâtiment d’élevage.

Sur la Ferme de la Bertrie, le lait, riche en matière grasse, va être transformé en fromages et autres produits laitiers. Ce nouvel atelier a été créé dans le cadre de l’installation de Clément Bouvet avec son frère et son père. Cet après-midi d’hiver, les vaches ruminent paisiblement sur leur confortable litière paillée, dans le bâtiment neuf. Marron, noir, blanc… les robes sont bigarrées. Aujourd’hui, le troupeau de la Ferme de la Bertrie est constitué de 88 vaches laitières dont environ 60 % de Jersiaises, 30 % de Holstein et 10 % de Kiwis (croisées Holstein x Jersiaise). « Les Jersiaises sont arrivées suite au passage en bio de l’exploitation en 2016 et à l’accroissement du pâturage. Nous avons commencé par acheter 20 femelles au Danemark. Cette race offre une simplicité d’élevage – rusticité, docilité, vêlages faciles – et de meilleurs taux. C’est agréable de travailler avec », précise Jean-Jacques Bouvet qui s’est installé avec son père Armel en 2017. Son frère Clément a lui aussi souhaité reprendre le flambeau sur cette ferme tenue par sa famille depuis des générations. Il les a rejoints sur le Gaec en 2019, portant un projet de transformation du lait. « Il n’existe pas d’atelier de ce type dans notre secteur. » [caption id=”attachment_50663″ align=”aligncenter” width=”720″] Repos sur aire paillée dans la stabulation.[/caption] Un moelleux « Ker’Melen » en préparation Après avoir réalisé des études agricoles, Clément a suivi un CS (certificat de spécialisation) « Production, transformation et commercialisation des produits fermiers » à la Roche-sur-Yon (85). Sur un an, il a pu apprendre un nouveau métier, celui de la transformation du lait. « J’ai été en apprentissage en Auvergne dans des fermes produisant du Saint-Nectaire », ajoute le jeune homme qui souhaite aujourd’hui lancer sur son territoire un fromage similaire. Il sera baptisé le « Ker’Melen » (melen signifie jaune en breton, en référence à la couleur du…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte

Already a member? Connectez-vous ici

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article