Economie, marchés et gestion

La nécessité d’investir dans l’humain

Après avoir soutenu le bâtiment et les machinisme, la Bretagne devra se pencher sur la main-d’œuvre.

Le Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles 2014-2020 arrive à son terme. Comme son nom l’indique, le principe du PCAEA est d’aider les investissements réalisés par les exploitations agricoles. En lien avec l’évolution des systèmes, les matériels de culture et de récolte en ont largement bénéficié ; les bâtiments d’élevage également. Même si on peut lui reconnaître d’avoir soutenu une diversité de projets qui font toute la richesse de l’agriculture bretonne, le prochain plan devra sans doute s’intéresser davantage à l’investissement humain. Entre autres chez les éleveurs de ruminants. C’est en tout cas l’avis de Marcel Denieul, président du GIE Élevages de Bretagne, qui met en confrontation « la quantité de travail, sa qualité, son efficacité, le revenu et la qualité de vie des éleveurs ». Autrement dit l’investissement dans les bâtiments – toujours plus techniques et plus grands – , s’il contribue à la rationalisation du travail, ne résout pas forcément le problème de main-d’œuvre.

400 heures entre un agriculteur et un salarié

« En lait, l’évolution démographique doit nous conduire à avancer sur la solution de remplacement des agriculteurs retraités par des salariés, sachant qu’entre un agriculteur et un salarié, il y a un delta de 400-500 heures par an ». La profession devra aussi jouer serrée face à des injonctions contradictoires entre rationalisation des outils, besoin en main-d’œuvre et attentes de la société : « Garder les vaches à l’étable permet de gagner en efficacité, mais le consommateur pousse, en lien avec le bien-être, à sortir les vaches », observe le président du GIE estimant qu’un « bilan technique du PCAEA 2014-2020 serait intéressant ».

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer