Economie, marchés et gestion

Un modèle à l’épreuve de la crise

Partenaire de référence de l’économie bretonne, le Crédit Mutuel de Bretagne s’est mobilisé dès le début de la pandémie de la Covid-19 pour accompagner sa clientèle. À l’heure du déconfinement, bilan et perspectives en compagnie du directeur général, Philippe Rouxel.

Comment le CMB traverse-t-il cette situation inédite ?

Inédite, cette période l’est effectivement. Sans précédent auquel se référer, nous avons dû faire preuve de rapidité et de réactivité pour prendre des décisions d’ordre sanitaire ou organisationnel… Dans un environnement extrêmement mouvant, nous avons essayé d’avancer avec humilité et pragmatisme, tout en gardant en tête un double objectif : préserver la santé de nos collaborateurs et clients, et accompagner au mieux nos sociétaires. Ces deux axes ont constitué notre ligne de conduite dès le début du confinement et ils sont toujours d’actualité.
Je dois dire que je suis particulièrement fier de l’agilité et de la solidarité démontrées ces dernières semaines par l’ensemble des équipes du CMB et du groupe Arkéa. En 48 heures, nous avons été capables de déployer une toute nouvelle organisation basée sur le télétravail afin de continuer à servir nos sociétaires.

Quelles sont les activités les plus touchées au sein de votre clientèle ?

Sans surprise, les commerces de proximité figurent parmi les plus impactés, et en premier lieu tous ceux qui ont été concernés par les mesures de fermeture administrative : cafés, hôtels, restaurants… Plus largement, c’est l’ensemble du secteur touristique qui est touché. En Bretagne, Pâques marque traditionnellement le début de la saison touristique qui, de fait, là n’a pas encore démarré.
Le secteur du transport a également été durement frappé. Du côté du BTP, beaucoup de chantiers ont aussi pris du retard.

Et l’agriculture ?

D’un point de vue général, l’agriculture et l’agroalimentaire font partie des domaines d’activité qui ont le mieux traversé cette période. Nous avons été peu sollicités. La météo très clémente a permis de poursuivre les travaux des champs et de préparer les semis dans de bonnes conditions. Et pour répondre à la fermeture de certains marchés de plein vent, on a vu nombre de producteurs faire preuve d’imagination et proposer, grâce au digital, des solutions de vente directe.
Mais cela ne doit pas faire oublier que des secteurs comme l’horticulture, les pépinières, le maraîchage ou l’agrotourisme ont, eux, été parmi les premiers touchés par cette crise. Nous avons constaté aussi des fragilités en ostréiculture, mouton, veau de boucherie et volaille (pigeon, caille, canard). Il y a également des interrogations sur des productions comme le lait ou le porc où une éventuelle contamination d’un site industriel pourrait avoir de lourdes conséquences. C’est pourquoi nous suivons la situation avec beaucoup d’attention.
Mais je le répète, jusqu’à présent, la filière agricole bretonne a fait preuve d’une bonne résistance globale. Et c’est un point très positif car elle constitue un solide pilier de notre économie régionale. Il faut toutefois rester vigilant. Des baisses de consommation peuvent entraîner des effets décalés dans le temps.

Quelles ont été les principales mesures prises par le CMB pour accompagner ses sociétaires ?

Nous avons tout d’abord privilégié les mesures permettant d’apporter un peu d’oxygène aux trésoreries malmenées par cette crise. Des pauses remboursement ont été mises en place pour les crédits aux professionnels, puis pour les particuliers. En l’espace de 2 mois, les échéances de quelque 30 000 prêts ont ainsi été suspendues.
Dans un second temps, est arrivé le prêt garanti par l’État (PGE). Nous avons tout mis en œuvre pour le diffuser le plus rapidement possible auprès de notre clientèle. Nous avons d’ailleurs été parmi les premiers à le proposer en signature électronique, ce qui dans le contexte du confinement, était un vrai atout. À ce jour, nous avons instruit plus de 5 000 PGE, concentrés principalement sur les filières les plus touchées par les conséquences de la pandémie. Cela représente un montant total supérieur à 400 millions d’euros, soit l’équivalent de plus de 3 mois de production de crédits aux professionnels !
Parallèlement, nous avons choisi de ne pas facturer certaines prestations durant la période de confinement, notamment dans les services à distance. L’idée étant d’accompagner au mieux et avec bienveillance nos sociétaires dans cette période délicate.

On entend beaucoup dire que le monde d’après ne sera pas le même que celui d’avant. Quels changements entrevoyez-vous sur les modes de consommation ?

Les crises, en général, sont des accélérateurs de mouvement. À l’échelle française, nous avons pu constater notre capacité à traiter beaucoup de choses à distance. Même si chacun était impatient de retrouver son environnement de travail habituel, le digital a démontré qu’il était un précieux soutien pour la vitalité de l’économie.
Va-t-on pour autant assister à une modification durable des comportements des consommateurs ? Très franchement, je n’en sais rien. Sur le volet bancaire, les particuliers, pendant deux mois, ont été contraints à une forme d’épargne forcée. Est-ce que cela signifie que, le déconfinement venu, ils vont maintenant se ruer sur des achats « plaisir » ? Je pense que les réactions sont très variables suivant les individus, les personnalités, la manière dont le confinement a été vécu par chacun…
À mes yeux, le retour ou non à un mode de fonctionnement « normal » dépendra avant tout de l’évolution de la pandémie qui, elle-même, conditionnera le retour à la confiance. Alors, soyons prudents. Faisons preuve de responsabilité individuelle. Au CMB, nous avons ainsi opté pour une reprise progressive, par paliers. Le temps qui passe joue en notre faveur !

Le modèle de banque coopérative territoriale incarné par le CMB sort-il conforté de cette crise ?

C’est une évidence. Le local, le territoire, l’implication dans ce qu’il est d’usage désormais d’appeler un « écosystème » sont autant de facteurs de résilience. Il n’y a rien de plus concret que d’être présent auprès de ses partenaires dans l’adversité. La crise agit comme un révélateur. Nous savions que notre modèle avec un fort ancrage territorial était porteur d’avenir. C’est encore plus vrai aujourd’hui. En intégrant ces notions au cœur même de notre Raison d’Être, nous avions un temps d’avance. C’est ce qui nous permet d’être en phase avec les besoins de nos sociétaires, en véritable partenaire, présent dans les bons moments comme dans les phases plus difficiles. Et c’est ensemble que nous rebondirons demain !

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer