Cultures

Quelles solutions pour limiter les dégâts de corvidés ?

Les solutions disponibles pour protéger les semis de maïs contre les dégâts de corvidés continuent de se raréfier. Le point sur les stratégies possibles en 2020.

Les corvidés, corneilles et choucas surtout, ont causé des dégâts plus importants en dans les maïs en 2019. Plusieurs hypothèses peuvent être émises pour expliquer ces attaques : Les efforts de régulation de population de corneilles ont été récemment réduits, voire abandonnés suite aux moindres attaques subies au cours des dernières années. Concernant le choucas, son statut protégé nécessite d’obtenir des dérogations pour intervenir sur les colonies.

Les semis parfois réalisés dans des sols secs, donc avec une préparation souvent soufflée favorisent l’arrachage des jeunes plantes de maïs par les oiseaux. Enfin, la protection des semences a évolué : les semences utilisées au cours des années antérieures étaient pour la plupart protégées à l’aide de thirame associée parfois à du thiaclopride (Sonido). En 2019, aucune semence n’a bénéficié d’une protection à l’aide de thiaclopride et un grand nombre de parcelles ne disposait plus non plus de protection à base de thirame. Ces deux produits contribuaient – même partiellement – à la protection des maïs contre les dégâts d’oiseaux.

Les solutions disponibles pour protéger les semis contre les dégâts d’oiseaux continuent de se raréfier : la substance active thirame n’a pas été réinscrite au niveau européen. Les produits à base de thirame, partiellement disponibles pour les semis 2019, seront désormais interdits pour les semis 2020. La substance active zirame demeure autorisée au niveau européen jusqu’au 30 avril 2020 (sauf en cas de prolongation ou de nouvelle approbation). Le traitement de semences Korit 420FS (à base de zirame) est autorisé en France et donc encore disponible pour les prochains semis (aucune date de retrait n’est connue à ce jour). Cependant, cette spécialité commerciale présente la mention de danger H330 (accompagnée de H373, H317, H335 et H401) ce qui contraint son application sur semences ; l’utilisation de ce produit ne peut donc pas être généralisée. L’efficacité de Korit 420FS se situe à un niveau comparable aux produits à base de thirame, c’est-à-dire à un niveau relativement satisfaisant en situation de faible attaque, mais fortement limité dès que la pression de population de corvidés devient significative.

A défaut de pouvoir tester toutes les solutions qui peuvent être proposées aux producteurs, Arvalis continue d’évaluer les principaux produits, qu’ils disposent d’une homologation sur maïs pour une autre cible (comme par exemple le produit Force 20CS) ou non (souvent mis sur le marché avec des allégations de stimulation de la plante ou de fertilisation). Malheureusement, aucun de ces produits ne se distingue du témoin non protégé dans nos essais ce qui laisse peu d’espoir de présenter un intérêt à l’échelle d’une parcelle. L’absence de solution phytopharmaceutique satisfaisante permettant de protéger les semis contre les déprédations d’oiseaux n’est pas une situation nouvelle. Cependant, les fluctuations de populations de corvidés plus ou moins visibles localement et les conditions climatiques favorisant l’exposition du maïs aux attaques rendent cette impasse technique plus visible certaines années par rapport à d’autres. A défaut de disposer de la solution idéale, il est recommandé de réguler les populations pour éviter l’exposition des parcelles à une trop forte abondance de corvidés. La réglementation relative à la régulation des espèces nuisibles évolue fréquemment avec des modalités de mises en œuvre qui varie selon les départements.

Il demeure indispensable de continuer à déclarer les dégâts pour que ces espèces soient inscrites sur la liste des espèces nuisibles, d’éviter tant que possible les semis décalés (plus précoces ou plus tardifs par rapport aux parcelles environnantes), et de soigner la préparation du sol en évitant de semer dans un sol trop soufflé, condition qui favorise les attaques de corvidés. Un rappuyage correct de la ligne de semis peut contribuer à limiter les dégâts.

Figure 6 : Comparaison de produits en traitement de semences contre les dégâts de corbeaux – synthèse de 5 essais 2015-2016

Jean-Baptiste Thibord / Éric Masson, Arvalis-Institut du Végétal

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer