Politique et Syndicalisme

FNSEA : Des mesures pour s’adapter au climat

Dispositifs assurantiels, stockage d’eau de pluie… Lors d’une rencontre en amont du Space,
Christiane Lambert a mis en avant le travail mené par la FNSEA pour s’adapter au changement climatique.

« L’été a été compliqué pour les agriculteurs avec la sécheresse, la grêle, les orages… 86 départements sont en restriction d’eau. Outre les mesures d’urgence comme la fauche des jachères et les calamités agricoles, nous travaillons sur des outils pour nous adapter au changement climatique, tels que les dispositifs assurantiels dont l’attractivité doit être renforcée », a souligné Christiane Lambert lundi 9 septembre, lors d’un point presse organisé sur une exploitation agricole de Romillé (35).

La présidente de la FNSEA est aussi revenue sur une demande forte de son syndicat : pouvoir stocker l’eau de pluie. « Aujourd’hui, seulement 1,7 % de l’eau de pluie est stockée en France contre 29 % en Espagne. L’irrigation concerne de nombreux départements, y compris au nord de la Loire. » Point positif, « le ministère de l’Écologie va revoir l’instruction de 2015 qui avait bloqué les retenues. Les nouveaux projets se feront en accord sur les territoires et leur priorité sera d’abord l’eau potable, puis le respect du milieu, puis l’intérêt économique notamment agricole. »
Thierry Coué, président de la FRSEA, souligne que « la Bretagne a besoin de retenues d’eau, notamment pour les légumes de plein champ. La canicule a par ailleurs fait des dégâts en volaille et porc dans le Sud-Bretagne. »

De plus en plus de chartes phytos signées

Il est par ailleurs revenu sur l’arrêté anti-pesticides pris par le maire de Langouët avec une distance de non-traitement de 150 m. « Il met en péril la relation que nous pouvons avoir avec les maires. » Les responsables soulignent toutefois que seule une minorité a pris ce type de mesures : 34 maires sur 36 000 au total. « Mais la majorité silencieuse doit s’exprimer. »
En Bretagne, les négociations sont en cours avec les maires et les autres structures souhaitant dialoguer pour la mise en place des « chartes riverains ». Elles seront validées par les préfets. « Au niveau national, l’objectif est d’avoir 100 % de chartes signées fin 2019. »
Autre sujet qui fâche les représentants de la FNSEA : les intrusions dans des élevages, passées de 8 en 2017 à 41 en 2019, dont les 2/3 en Bretagne. « Nous demandons à l’État un durcissement des sanctions envers ces actes réalisés dans des domaines privés et qui mettent en péril la sécurité sanitaire de nos élevages. »

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer