Cultures

Tous les engrais ne sont pas de même qualité

La qualité des engrais a une grosse incidence sur la régularité de l’épandage et par conséquent sur les rendements et la régularité des cultures.

De nos jours les agriculteurs cherchent à épandre de l’engrais sur une largeur la plus grande possible afin de gagner du temps et aussi pour impacter le moins possible le sol et la culture. Certains épandeurs de dernière génération permettent d’épandre sur 54 m de largeur, il faut donc une qualité d’engrais irréprochable pour atteindre ces largeurs tout en conservant une homogénéité d’épandage.

Préserver la qualité jusqu’au champ

Éric Soulier, expert produit chez Yara.
Éric Soulier, expert produit chez Yara.

« Un épandage précis et régulier dépend des caractéristiques physiques de l’engrais, du maintien de ces caractéristiques dans le temps, des caractéristiques de l’épandeur, des bons réglages de ce dernier et de la technique de l’utilisateur », décrit Éric Soulier, expert produit chez Yara. Il indique que des analyses chimiques sont réalisées en usine, mais aussi des analyses physiques pour mesurer la densité de l’engrais, sa reprise en masse, la poussière, la dureté, la distribution granulométrique et des tests climatiques dans le cas des ammonitrates haut dosage. « Il est important de préserver le niveau de qualité de l’engrais de l’usine jusqu’au champ. »

Privilégier les engrais produits en Europe

La qualité d’un engrais dépend aussi de son efficacité, toutes les formes d’azote ne sont pas équivalentes ce qui engendre des effets sur les rendements et la qualité des récoltes. Par exemple, l’urée provoque plus d’émissions de gaz à effet de serre à cause de sa sensibilité à la volatilisation ammoniacale. De ce fait, les pertes d’azote dans l’environnement sont plus importantes et l’efficacité diminue.

« Il est préférable d’utiliser de l’ammonitrate qui est une forme d’azote peu sensible à la volatilisation et directement assimilable. Il faut privilégier les engrais produits en Europe, car les usines disposent des dernières technologies disponibles qui garantissent une production plus respectueuse de l’environnement. Améliorer l’efficacité des apports permet d’augmenter les rendements, favorise le stockage de carbone organique (si les résidus sont restitués) et améliore la performance alimentaire », conclut Éric Soulier.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer