Politique et Syndicalisme

Accompagner les agriculteurs en difficulté

Depuis un an, les acteurs du monde agricole du Morbihan travaillent à l’amélioration de la détection des situations de fragilité chez les agriculteurs et à leur traitement collectif.

Les différentes organisations, historiquement engagées dans l’accompagnement du monde agricole visent un triple objectif : donner une nouvelle dimension au soutien des situations difficiles, renforcer la cohérence des différentes interventions et assurer une meilleure visibilité pour ces actions.

Une initiative syndicale reprise par la Chambre d’agriculture et la MSA

« A l’initiative de la FDSEA 56, fin mars 2017 les membres du Conseil agricole départemental ont posé le principe d’une mobilisation des acteurs agricoles du Morbihan pour améliorer l’accompagnement des agriculteurs de notre département », déclare Franck Guéhennec, président de la FDSEA 56. Ils ont souhaité que le Réseau Inter-Organisations, piloté par la Chambre d’agriculture se saisisse de la question au niveau opérationnel, en lien avec la MSA. L’engagement des Organisations professionnelles agricoles (OPA) du Morbihan s’est concrétisé par la rédaction d’une charte et la création d’un réseau nommé « Entr’agri » qui reprend à la fois des notions d’entraide et de proximité, valeurs fortes du monde agricole.

Tenir compte de l’évolution des textes

L’évolution des textes liés à l’accompagnement des agriculteurs en difficulté, fin 2017 a nécessité d’adapter les circuits et structures envisagés, sans toutefois remettre en cause l’ambition initiale puisque l’instruction ministérielle posait des principes communs avec ceux définis dans Entr’agri : amélioration de la détection des situations et traitement collectif, avec un objectif de relance. Cette convergence des réflexions a permis la mise en œuvre rapide des textes dans le Morbihan. Le 24 avril dernier, le Comité de Pilotage Entr’agri (composé des acteurs politiques) a permis de revenir sur ces adaptations et de bien préciser la répartition des rôles.

Désormais, chaque signataire de la charte :
-Dispose d’outils d’accompagnement qui lui sont propres (qui préexistaient très souvent) ;
-Peut orienter les agriculteurs en difficulté vers la nouvelle « Cellule d’accompagnement » pilotée par la DDTM qui examine de manière confidentielle les situations et peut mobiliser des aides financières à la relance et / ou d’autres aides départementales permettant de franchir un cap difficile. Cette cellule, composée de représentants administratifs remplace les CDOA Agridiff.

L’ensemble des actions sont restituées sous une forme statistique au Copil (instance politique), dont le secrétariat est assuré par la Chambre d’agriculture, avec le soutien de la MSA. Le Copil dispose d’une vision complète des actions menées en direction des agriculteurs confrontés à des difficultés, quelle qu’en soit la nature et l’intensité. Il veille au respect des principes de la charte.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer