Politique et Syndicalisme

20,9 millions d’euros de la Région pour soutenir la reprise de Doux

Aide à la construction d’un nouvel abattoir à Châteaulin, modernisation de l’abattoir existant, accompagnement pour des investissements productifs des usines LDC et Terrena, prise de participation dans la société Yer Breizh… la commission permanente de la Région Bretagne a précisé son plan de soutien à la reprise de Doux.

La commission permanente du Conseil régional s’est réunie à Châteaulin (29) ce lundi 4 juin afin de préciser son plan de soutien à la reprise de Doux. L’engagement de la Région a contribué à l’émergence de 10 projets de reprise. « Par décision du 18 mai, le Tribunal de commerce a choisi de retenir l’offre du consortium mené par LDC et Almunajem. Cette offre, qui avait la préférence de la Région, permet de renforcer l’activité historique de Doux sur le grand export, mais crée surtout les conditions de développement d’un nouveau modèle pour la filière avicole française plus orienté vers le poulet lourd », déclare Loïg Chesnais-Girard, président du Conseil régional.

Construction d’un abattoir ultramoderne

Avec 45 % de la volaille fraîche consommée en France qui est importée, les acteurs de l’offre conduite par LDC ont considéré que la Bretagne et ses éleveurs étaient les plus à même de relever le défi de reconquête du marché français. « Dans la continuité de notre décision unanime du 26 mars dernier, la Région a apporté les financements nécessaires au succès de ce projet. Ces financements, dont le cumul global atteindra 20,9 millions d’euros, donneront lieu à des décisions prochaines de notre commission permanente au fur et à mesure des dépôts de demande de financement de la part des parties prenantes du projet de reprise des activités de Doux », précise Loïg Chesnais-Girard.

Le gros projet est la construction d’un nouvel abattoir à Châteaulin qui permettra de développer la production de poulet lourd (3,3 kg). L’outil actuel est prévu pour des animaux de 1,8 kg et n’a pas la possibilité d’abattre des volailles de 3,3 kg. « LDC va construire un abattoir qui entrera en service d’ici 2 ans. Le coût est estimé à 60 millions d’euros avec une aide de la Région qui sera de 12 millions d’euros. » Olivier Allain, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, fait remarquer que des investissements seront nécessaires aussi chez les éleveurs pour répondre au nouveau cahier des charges lié à la production de poulet lourd. « Le PCAEA est là pour accompagner les investissements et nous réfléchissons à une autre aide pour inciter les éleveurs à moderniser leurs poulaillers. » La Région va verser 0,7 million d’euros pour faciliter la mobilité géographique des employés qui seront repris sur le site de Guiscriff par LDC le temps de la construction du nouvel abattoir sur Châteaulin.

Moderniser les outils existants

2,4 millions d’euros serviront à accompagner d’autres investissements productifs rendus nécessaires sur les usines LDC en Bretagne. Une aide de 1,2 million d’euros sera dédiée à la modernisation de l’abattoir de Châteaulin dédiée à la volaille export. Les usines Terrena en Bretagne auront 2,6 millions d’euros pour réaliser des investissements productifs. Enfin, 2 millions d’euros vont pour la prise de participation de la région dans la société Yer Breizh qui regroupe les acteurs de la filière amont (éleveur, accouvage, aliments) dont les partenaires sont : Almunajen, LDC, Terrena, Triskalia et la Région Bretagne qui possédera 33 % du capital de la société d’ici 30 mois.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer