En brefPolitique et Syndicalisme

Budget agricole européen post-2020 : une baisse de 7,3 % proposée en termes réels

Doté de 1 134 milliards €, le projet de budget 2021-2027 de l’UE à Vingt-sept présenté le 2 mai par la Commission européenne prévoit, en prix réels, pour les paiements directs (et les mesures de marché) agricoles une enveloppe de 254 Mrd €, soit une baisse de 7,3 % par rapport à la programmation en cours 2017-2020 (qui inclut le Royaume-Uni). Si on prend en compte les fonds pour le développement rural (70 Mrd € sur les sept années), la part de la Pac dans le budget total passera, selon cette proposition, de 31 % en 2021 à 27 % en 2027.

Stéphane Travert dénonce une baisse “drastique, massive et aveugle”

Réagissant le jour même à la proposition de la Commission européenne, le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a dénoncé une baisse “drastique, massive et aveugle qui va empiéter gravement sur le revenu des agriculteurs”. Le ministre s’est dit “en colère” contre une proposition “inacceptable”. La position de Paris est un budget qui n’entraine “pas de baisse pour les agriculteurs”. Le ministère est particulièrement attentif au fait que les propositions budgétaires de Bruxelles ont été exprimées “en euros courants”, et non, comme lors des précédentes réformes, “en euros constants”. “En euros courants, l’effet de la baisse sera encore plus fort en 2021”, explique le ministère.

L’enveloppe de paiements directs pour la France baisserait de 3,9 %
La baisse «de 5%» du budget de la Pac envisagée par la Commission de Bruxelles dans son projet de cadre financier pluriannuel 2020-2027 de l’UE entraînera, par rapport à la programmation en cours 2014-2020, une réduction de 3,9 % de l’enveloppe pour les paiements directs en France, à 50,035 milliards € (en prix courants), selon les chiffres des services européens. Ce taux de diminution serait identique dans d’autres États membres comme l’Irlande, l’Allemagne et les Pays-Bas, ou bien inférieur (Pologne -0,9 % par exemple). En revanche, le Portugal, la Roumanie et les pays baltes enregistraient une augmentation de leur allocation du fait du processus de convergence externe des aides.

“Inacceptable” pour la CR qui en appelle à des EGA européens

La Coordination Rurale partage la position du ministre de l’Agriculture, qualifiant les propositions de budget Pac de la Commission Européenne « d’inacceptable », a indiqué l’organisation dans un communiqué du 2 Mai. « La France doit maintenant prendre la tête d’une remise en cause radicale de la Pac » pour une « politique moins dispendieuse mais efficace » avec « des productions et des marchés régulés et protégés », détaille le président de la Coordination Rurale Bernard Lannes. Il en appelle également à Emmanuel Macron pour que, fort de l’expérience française, il fasse « organiser d’urgence des EGA européens pour une Pac 2020 efficace qui protège ceux qui nourrissent les citoyens européens ».

“Une immense déception pour les Européens et les agriculteurs” selon la FNSEA

«La baisse drastique annoncée est inacceptable», a protesté la FNSEA après la publication des propositions de budget. «C’est une immense déception pour les Européens et les agriculteurs», indique le syndicat pour qui le budget proposé «ne permettra pas à l’agriculture de relever les nouveaux défis auxquels elle est confrontée» et risque «d’accélérer le déclin» du secteur. Le syndicat juge que la réduction va au-delà de la compensation du Brexit et met la Pac à contribution. «La FNSEA en appelle solennellement au chef de l’État pour provoquer un véritable sursaut de l’Union européenne», insiste l’organisation qui souhaite un accord entre Emmanuel Macron et Angela Merkel sur ce sujet.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer