Côtes d'ArmorÉlevage

Une nouvelle stabulation au lycée de Caulnes

À proximité des locaux de formation, de nouveaux bâtiments devraient permettre à l’atelier lait de progresser vers plus d’autonomie alimentaire et de favoriser des grains énergétiques et au niveau des intrants.

Voilà quelques semaines que les 45 vaches de la ferme du lycée agricole de Caulnes ont réintégré une stabulation toute neuve. Un bâtiment en bois, ouvert en façade, construit au même endroit que l’ancien qui a été rasé, pour garder une proximité avec les locaux de formation. « Malgré une adaptation du troupeau à deux stabulations, car le troupeau a été délocalisé à 6 km le temps des travaux, on observe moins de problèmes sanitaires ou de réforme qu’en une année de production dans les anciens locaux. Un effet bénéfique du nouvel environnement… », rapporte Frédéric Morcet, directeur de l’exploitation du lycée.

Stabulation fonctionnelle et adaptable

Le bâtiment a été conçu pour apporter un maximum d’efficacité au niveau de l’organisation du travail tout en minimisant la mécanisation, pour permettre le financement d’un salarié à temps plein sur l’atelier lait. Mais les fermes des établissements de formation servant avant tout d’outil pédagogique, la stabulation se doit aussi de favoriser l’accueil de personnes extérieures et les travaux pratiques des élèves et étudiants. Aussi, la salle de traite 2*6, qui accueille deux élèves en mini-stage à chaque traite a été préservée et allongée, pour privilégier l’apprentissage de l’observation. « La stabulation a été réfléchie pour être toujours fonctionnelle dans 15 ans et adaptable à toute évolution du système d’élevage », ajoute-t-il.

Vers plus de résilience

Car la rénovation de ce bloc de bâtiment s’inscrit dans un projet global « où l’autonomie doit s’améliorer » sur les cinq prochaines années, pour afficher auprès des futurs chefs d’entreprise qui y sont formés l’image d’une exploitation « résiliente », résistante aux à-coups du marché. C’est la contrepartie exigée par la Région, propriétaire des lieux, pour son soutien financier. « Ce projet inclut aussi par exemple une amélioration de la valorisation des effluents d’élevage avec du stockage mieux maîtrisé, une meilleure autonomie alimentaire avec plus d’herbe et de légumineuse dans la ration à partir des 42 ha dont seulement 22 ha sont accessibles, une gestion maîtrisée de l’énergie… », illustre Pascal Lenormand, proviseur.

Le projet en chiffres
Ce nouvel outil représente 860 000 € d’investissement. La démolition de la stabulation a coûté 266 000 €, financée à 100 % par la Région. La nouvelle stabulation, un hangar à fourrages de 185 m2, une fosse à lisier et deux silos ont, quant à eux, été financés à 50 % par le lycée et 50 % par La Région.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer