Energies et environnementTop

Une année de production photovoltaïque médiocre

La production d’électricité photovoltaïque sur l’année 2017 sera certainement la pire de ces 9 dernières années. Les résultats sont détériorés par des mois de juillet et septembre particulièrement mauvais.

« Pour la 9e année d’enregistrement des productions photovoltaïque en Bretagne au niveau de l’Apepha, 2017 risque d’être notre plus mauvaise année. Un seul mois suffit à grever la production annuelle. Nous avons eu un premier semestre 2017 correct, avec le meilleur mois de janvier. Puis dégradation avec notamment les plus mauvais mois de juillet et septembre depuis 2009 », analyse Robert Burlot qui collecte et synthétise toutes les données de production que les adhérents de l’Apepha (Agriculteurs producteurs d’électricité photovoltaïque associés) lui transmettent. Il ajoute : « Heureusement que novembre a été bon avec une moyenne de production de 1060 kWh/kWc. À l’inverse de la production bretonne celle du sud de la France devrait être exceptionnelle sur 2017.

30 % de différence de production

En Bretagne la variation n’est que de 6 % entre la meilleure année de production et la moins bonne. Robert Burlot tempère un peu ces résultats : « Pour cette année c’est une moyenne de 50 installations photovoltaïques de l’Ouest. Je remarque qu’entre la production la plus faible et la plus importante la différence est de l’ordre de 30 %. Je constate aussi tous les ans que les meilleurs producteurs me communiquent leurs chiffres qu’à la fin de l’année. La moyenne devrait par conséquent un peu monter. » Finalement, la production devrait être à peu près du niveau de 2012 et 2016. « Une année 2017 médiocre mais qui restera dans la fourchette des plus ou moins 3 % par rapport à la moyenne. »

Le prix de rachat a progressé de 1 %/an depuis 2009
« Pour les contrats de rachat S06, la revalorisation du prix de vente a évolué favorablement puisque l’on constate une augmentation de 8,7 % pour 2018 par rapport à 2009/2010, soit quasiment 1 % par an », constate Robert Burlot. Toutefois, en 2017, les tarifs ont connu une légère baisse. « Il ne faut pas oublier que la revalorisation peut aller dans les deux sens puisqu’elle dépend de deux indices Insee. »
Mots-clés

Peut vous intéresser

Fermer